Energies Marines
STX France : Deux commandes pour lancer la nouvelle usine dédiée aux EMR

Actualité

STX France : Deux commandes pour lancer la nouvelle usine dédiée aux EMR

Energies Marines

Hier, à l’occasion de l’inauguration d’Anemos, sa nouvelle usine dédiée aux énergies marines, STX France a annoncé avoir remporté deux commandes portant sur des sous-stations électriques de très forte capacité. En tout, 1 million d’heures de travail pour deux contrats dont la valeur cumulée approche les 200 millions d’euros et qui vont permettre de lancer le nouveau pôle industriel des chantiers nazairiens.  

 

La nouvelle usine Anemos (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

La nouvelle usine Anemos (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

Deux sous-stations livrables en 2017 et 2018

La première commande, ferme, porte sur une sous-station de 500 MW  dont l’installation en mer du Nord est prévue début 2018. La seconde, qui fait l’objet d’une lettre d’intention, vise à produire une sous-station de près de 500 MW livrable fin 2017. Un projet suffisamment avancé pour que STX France, qui s’attend à le voir transformer en commande ferme d’ici le mois d’octobre, décide de lancer immédiatement, sur fonds propres, la phase d’études. Là aussi, il s’agit d’une structure destinée à un champ en mer du Nord et, dans les deux cas, les clients n’ont pas souhaité, pour le moment, se faire connaitre.

 

Vue des futures sous-stations électriques (© STX FRANCE)

Vue des futures sous-stations électriques (© STX FRANCE)

 

On notera que ces deux projets reposent sur des contrats « clés en main » de type EPCI (Engineering Procurement Construction Installation), c'est-à-dire que le chantier est en charge de l’ensemble des étapes, de la conception à la mise en service, en passant par la réalisation, le transport et l’installation en mer.

Trois fois plus grosses que celle réalisée l’an dernier pour Dong

Par rapport à la sous-station électrique réalisée en 2014 par STX France pour l’énergéticien danois Dong, les nouveaux équipements que Saint-Nazaire vient de décrocher sont nettement plus gros et seront parmi les plus grosses sous-stations à courant alternatif développées pour l’éolien offshore. Ainsi, la sous-station livrable en 2018 sera trois fois plus volumineuse que la première structure produite à Saint-Nazaire. Hors fondation, elle mesurera environ 50 mètres de long pour 30 mètres de large et 20 mètres de haut, avec un poids de plus de 3000 tonnes. A comparer aux 31 x 18 x 16 mètres de celle de Dong, d’un poids de 1450 tonnes. Conçue pour le champ britannique Westermost Raught, d’une puissance de 218 MW (36 éoliennes de 6 MW), la première sous-station électrique produite à Saint-Nazaire est désormais en service, le parc ayant été inauguré le 1er juillet. « Ce premier contrat, qui s’est très bien déroulé, est une référence très importante car, si les clients sont convaincus de la capacité de STX France à réaliser l’ingénierie et le management de projets complexes, comme les paquebots, le contrat Dong nous a aidé à démontrer que nous savions aussi faire ce type de produit », souligne Frédéric Grizaud, directeur de la Business Unit Energies Marines de STX France.

 

Le jacket et le topside de la sous-station de Dong (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Le jacket et le topside de la sous-station de Dong (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

« Un évènement majeur dans notre histoire »

Le chantier nazairien est donc en train de réussir son pari en matière de diversification. Une stratégie qui avait été initiée en 2008 par Jacques Hardelay, alors aux commandes de STX France, et qui a été poursuivie et amplifiée par son successeur, Laurent Castaing. « Nous avons décidé il y a quelques années de nous lancer sur le marché des EMR, une diversification pour laquelle une Business Unit dédiée a été créée. Et aujourd’hui, je crois que nous sommes en train de vivre un évènement majeur dans notre histoire », a déclaré hier, lors de l’inauguration d’Anemos, le directeur général de STX France. Un patron qui a pris le risque, l’an dernier, d’acter la construction d’un outil industriel dédié à cette activité. Cela, sans avoir la moindre commande en poche. Le pari n’avait rien d’évident, surtout dans un marché des EMR où l’Europe du nord avait pris une sérieuse avance par rapport à la France. Fort d’une première expérience avec Dong et des résultats très prometteurs des travaux de R&D menés

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire Energies Marines Renouvelables