Construction Navale

Actualité

STX France : Fincantieri veut la majorité absolue, Bercy se prend un vent

Construction Navale

La France vient de subir un beau camouflet. Travaillant à une solution permettant d’équilibrer et préserver les intérêts en jeu dans le cadre de la reprise par Fincantieri des chantiers de Saint-Nazaire, Bercy voulait organiser une réunion avec les différents acteurs du dossier. A l’invitation de Christophe Sirugue, secrétaire d’Etat à l’industrie, avaient été conviés la semaine prochaine, à Paris, la direction du groupe public italien, ainsi que celles de DCNS et des armateurs RCCL et MSC, susceptibles d’entrer au capital des chantiers aux côtés de Fincantieri (qui s'apprête à racheter les 66.66% du sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding) et de l’Agence des Participations de l’Etat (APE), qui détient 33.34% des parts de l’entreprise. Paris accepte en effet que les Italiens deviennent l’actionnaire industriel de référence des ex-Chantiers de l’Atlantique, mais après mûre réflexion soutient l'idée qu’ils ne possèdent qu’une majorité relative. En clair, pas plus d’une quarantaine de %.  

La majorité absolue et rien d'autre

Sauf que de l’autre côté des Alpes, on ne l’entend pas du tout de cette oreille. Le gouvernement italien a été très clair sur ce point avec son homologue français. Il soutient fermement Fincantieri pour que celui-ci détienne une majorité absolue et, par conséquent, soit seul maître à bord. L’industriel italien est, dit-on à Paris, catégorique sur ce point, qu’il considère manifestement comme non négociable. Et, pour les cabinets ministériels et hauts fonctionnaires qui en doutaient encore, il l’a fait comprendre de manière particulièrement abrupte en déclinant purement et simplement l’invitation à la réunion qui devait se tenir dans quelques jours. Au ministère, certains en sont tombés de l’armoire et n’en reviennent encore pas de ce « vent » et de l’aplomb avec lequel il a été infligé. « Cela augure mal de la suite et pose question quant à la manière dont Fincantieri pourrait se comporter à Saint-Nazaire », s’inquiète une source proche du dossier.

Le « bouclier » des garanties en prend un coup

Cette histoire, loin de usages diplomatiques habituels, porte également un coup sévère à la crédibilité des fameuses « garanties », érigées par le gouvernement, les élus locaux et la plupart des syndicats de STX France comme autant d’assurances que Fincantieri serait, ils en étaient convaincus ou voulaient s’en convaincre, forcément contraint d’accepter et, ensuite, de respecter. Il fut d’ailleurs assez surréaliste de voir s’amonceler en janvier les exigences des uns et des autres, aboutissant de fait, si ces conditions réclamées par les différentes parties françaises étaient mises en œuvre, à soustraire toute liberté de manoeuvre aux Italiens, alors même que ceux-ci seraient à la barre du chantier. On hésite entre écran de fumée pour rassurer l’opinion publique, méconnaissance profonde du monde entrepreneurial ou confondante naïveté, pour qualifier cette séquence de gesticulation franco-française à l’écart de laquelle les Italiens ont bien pris soin de rester.

Une cale géante et un gros carnet de commandes

Détenu pour mémoire à 72% par l’Etat italien, Fincantieri ne vient clairement pas avec de mauvaises intentions. Il lui faut la cale géante de STX France, bien plus grande que toutes les formes qu’il possède, pour se maintenir sur le marché des paquebots géants, dont les plus gros surpassent désormais ses capacités. Bien-sûr, les commandes déjà signées resteront exécutées dans l’estuaire de la Loire, puisque c’est une condition contractuelle avec les armateurs. Evidemment, les emplois et salaires seront maintenus, puisque c’est le droit du travail et que la profondeur du carnet de commandes nécessite une importante main d’œuvre dans les années qui viennent. Sans aucun doute, l’organisation actuelle sera peu ou prou maintenue, puisqu’elle fonctionne et que Fincantieri n’a aucun intérêt à prendre le risque de la bouleverser.

Vers une inévitable logique de groupe

Mais à plus ou moins longue échéance, il est évident qu’une logique de groupe prévaudra, qu’il y aura des mutualisations, des synergies, voire des rationalisations et spécialisations de sites ; que les arbitrages sur la répartition de la charge se feront à Trieste, tout comme les décisions sur les grandes orientations. Même si l’Etat conserve une minorité de blocage, Saint-Nazaire perdra sans nul doute l’autonomie décisionnelle que certains politiques croient encore pouvoir maintenir. De fait, toutes les garanties avancées, même si elles font l’objet d’accords intergouvernementaux, ne valent pas grand-chose sur le long terme, dans la mesure où elles seront immanquablement sujettes aux évolutions économiques et politiques. C’est d’ailleurs l’une des grandes craintes des syndicats : Si demain, en cas de retournement de conjoncture, il n’y a plus assez de commandes pour remplir tous les chantiers du groupe, comment éviter que Rome fasse pression sur Fincantieri pour rapatrier d’une manière ou d’une autre de la charge en Italie ? A la vérité, rien, en tous cas rien qui tienne sérieusement dans un accord écrit.

L’idée du tour de table élargi

D’où, justement, l’action entreprise par Bercy. Après avoir pris en compte les avis de tous les acteurs impliqués dans le dossier, et à défaut d’avoir vu aboutir la solution du trio Damen/RCCL/MSC qui a implosé juste avant la remise des offres à Séoul le 27 décembre, le ministère travaille sur un élargissement du tour de table. Avec plusieurs objectifs, comme éviter une trop forte dépendance de Saint-Nazaire aux soubresauts extérieurs et plus particulièrement à d'éventuelles turbulences en Italie, garantir les intérêts stratégiques français en matière militaire avec la présence de DCNS, mais aussi s’assurer la confiance et le maintien durable de la présence des deux principaux clients des chantiers. Des armateurs dont il faut quand même se rappeler qu’ils étaient tellement opposés à une reprise par Fincantieri qu’ils sont allés jusqu’à monter une solution concurrente avec Damen. En ouvrant le capital à plusieurs acteurs et donc en ramenant la présence de Fincantieri à une majorité relative, c’est-à-dire sous la barre des 50%, l’idée était donc, tout en laissant les Italiens prendre la barre, de ménager les intérêts de chacun, même si cela aboutissait à un certain éclatement du capital et donc à une gouvernance potentiellement plus complexe.

Aucune raison de partager la victoire

Sauf que cette solution, les Italiens n’en veulent donc pas. Au demeurant, le fait que Fincantieri refuse de céder la majorité absolue est parfaitement légitime. Qu’importe qu’il doive à un incroyable coup de chance le fait d’avoir été le seul candidat à déposer finalement une offre à Séoul et qu’il l’emporte en n’ayant mis sur la table que 80 millions d’euros. Le groupe italien n’a en vérité aucune raison de partager sa victoire. Fincantieri a emporté la compétition, il veut être le patron et, sauf vigoureuse réaction de Paris, il le sera, même si pour la forme il prend quelques engagements généraux pour satisfaire le gouvernement français et laisse un strapontin à DCNS, avec qui il discute d’autres projets dans le domaine militaire.

La position française fragilisée par les élections

Les Italiens sont, et ils le savent parfaitement, d’autant plus en position de force que le calendrier électoral en France les sert très opportunément. En pleine fin de règne, l’exécutif actuel n’est plus aux manettes que pour quelques semaines et les palais de la République ont commencé à se vider. Dans les cabinets ministériels, de nombreux conseillers, et non des moindres, voguent déjà vers d’autres cieux, les équipes encore en place se contentant pour l’essentiel d’expédier les affaires courantes. Quant à la haute administration, elle est plus tétanisée que jamais en attendant le verdict des urnes. Du pain béni pour le repreneur de Saint-Nazaire, qui devrait en plus, si tout va bien, bénéficier d’un ultime coup de chance en parvenant à boucler le rachat des parts de STX juste avant le premier tour de la présidentielle.

Le processus arrive à son terme

A partir de la signature du mémorandum d’entente avec le tribunal de Séoul, qui est intervenue le 13 janvier, Fincantieri dispose en effet d’un mois et demi pour mener à bien la période de due diligence. La signature de la convention de cession devrait donc intervenir à partir de la fin février. Seule une intervention de l’Etat français, via la préemption des parts de STX (prévue dans le pacte d’actionnaire conclu en 2008), peut faire achopper la reprise. Mais la France n’aura qu’un mois après la signature de la convention de cession pour activer cette clause, soit normalement avant avril. Une hypothèse qui parait cependant bien improbable vu la proximité des élections et la peur de provoquer un incident diplomatique avec Rome. Sauf en cas de fort sursaut local où si Saint-Nazaire devient un vrai enjeu électoral entre candidats, rien ne devrait venir entraver le processus qui arrive bientôt à son terme.

Or, dans un parcours jusque-là sans faute, les Italiens ont peut-être commis une grosse bévue en ne daignant même pas venir à la réunion proposée par Bercy. Car cet évènement va peut-être sonner comme un réveil brutal en France, en particulier chez les syndicats (à l'exception notable de FO qui réclame depuis le début une nationalisation, même temporaire) et les élus locaux, qui espéraient « sauver les meubles » et conserver au site une certaine indépendance via le montage capitalistique et une collection de garanties. 

 

STX FRANCE (Chantiers de Saint-Nazaire)