Offshore
STX France livre à Alstom sa première fondation d'éolienne offshore

Actualité

STX France livre à Alstom sa première fondation d'éolienne offshore

Offshore

Le chantier STX France de Saint-Nazaire vient d'achever pour Alstom sa première fondation d'éolienne offshore de type « jacket ». C'est la première fois qu'une telle structure est réalisée dans l'Hexagone. Présentant un poids de 375 tonnes, avec une base de 16 mètres de côté et une hauteur de 30 mètres, la fondation doit être embarquée d'ici la fin de semaine sur une barge pour être conduite sur le site du Carnet, où Alstom assemble le prototype de l'Haliade 150, son éolienne de grande puissance. La structure réalisée par STX comprend la partie supportant le mât de l'éolienne, avec un ensemble tubulaire et une pièce de transition, qui supporte l'embase du fût. La commande de ce jacket a été notifiée par Alstom le 24 mars dernier. Pour mener à bien le projet, STX France s'est rapproché, pour les études de conception, du bureau norvégien Owec. Les études industrielles ont, quant à elles, été confiée à sa filiale STX Solutions, spécialisée dans l'ingénierie, alors que le chantier nazairien a mobilisé une équipe pour la phase de réalisation. « Pour réaliser ce type de produit, nous faisons appel à des compétences de base du chantier, comme la tôlerie, la soudure, la manutention, l'armement ou la peinture. Cette réalisation est, toutefois, différente de celle des navires que nous avons l'habitude de construire. Il s'agit, en effet, d'une structure tubulaire de grande dimension, avec des diamètres de 850 à 1350 mm, alors que nous utilisons des tôles planes pour les navires. La pièce de transition est, quant à elle, une structure très renforcée qui fait la jonction entre les piliers et le mât de l'éolienne. Nous avons travaillé sur des épaisseurs très importantes, de l'ordre de 12 à 100mm avec un acier spécial. Compte tenu des matériaux utilisés et de leur épaisseur, nous avons formé et qualifié une vingtaine de soudeurs sur des modes opératoires adaptés », explique Jean-Yves Jaouen, directeur des opérations chez STX France. Ainsi, en trois mois de réalisation, les équipes de STX, qui ont travaillé sur des tubes achetés « sur étagère », ont réalisé quelques 450 mètres de soudure, soit 1.2 tonne de métal. Et certaines parties étaient très complexes en raison de la forme de la structure, notamment au niveau des « gueules de loup », c'est-à-dire les jonctions entre les tubes croisés et les pieds.

Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire  (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)
Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Vue d'Haliad, avec son jacket en jaune  (© : ALSTOM)
Vue d'Haliad, avec son jacket en jaune (© : ALSTOM)

Concrétisation de la politique de diversification du chantier

En dehors de ses propres personnels, STX France a également embarqué, dans cette aventure, un certain nombre d'entreprises partenaires, comme Mecasoud, qui a réalisé la pièce de transition, et PMO, chargé des accessoires (portes, escaliers, planchers, garde-corps...) Une collaboration qui s'est parfaitement déroulée et a permis de livrer la fondation dans les temps. « La réalisation de cette première fondation d'éolienne est une concrétisation de notre politique de diversification et de notre volonté de nous développer dans le secteur des énergies renouvelable, en entrainant avec nous des PME et PMI ligériennes afin de développer de l'activité et créer des emplois sur un domaine très porteur », explique Jean-Yves Jaouen. Pour STX France, l'éolien offshore et, plus largement, les énergies marines renouvelables, constituent un axe de croissance stratégique destiné à compenser la problématique des cycles dans la construction navale, qui fait régulièrement passer le chantier et ses sous-traitants de grandes périodes d'euphories à des lendemains de disette. Côté personnels, ce premier contrat de diversification, qui mobilisé une cinquantaine de salariés de STX, est bien perçu. « Tous les gens qui ont participé à ce projet ont fait preuve de beaucoup d'enthousiasme. Il faut dire que c'est toujours motivant de participer à une nouvelle aventure, dans une nouvelle filière qui offre de belles perspectives », se félicite le directeur des opérations de STX France.

Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire  (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)
Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire  (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)
Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire  (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)
Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire  (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)
Le Jacket réalisé à Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

D'autres contrats en perspective

Pour le chantier nazairien, il s'agit maintenant de transformer l'essai. La fondation livrée cette semaine est donc destiné au premier prototype d'Haliade, une éolienne géante dotée d'un mât de 176 mètres de haut (emboité dans le jacket), de quatre pales de 73.5 mètres et d'une turbine d'une puissance de 6MW. Conçue par Alstom, cette machine voit son premier prototype assemblé au Carnet, en bord de Loire. Prévu pour être achevé début 2012, l'engin sera inshore, c'est-à-dire posé à terre, afin de mener les premiers tests. C'est pourquoi la structure réalisée par STX France est amputée d'une partie de ses pieds et ne fait que 30 mètres de haut, alors qu'elle mesurerait le double si elle était destinée à être posée en mer. Et ce sera peut-être le cas dans quelques mois puisque le chantier discute avec Alstom pour réaliser le jacket du premier prototype offshore d'Haliade, qui doit être installé en mer mi-2012. Ensuite, tout dépendra des résultats de l'appel d'offres lancé par le gouvernement pour doter la France de ses premiers parcs éoliens offshores.

L'éolienne Haliade 150  (© : ALSTOM)
L'éolienne Haliade 150 (© : ALSTOM)

Développer une filière régionale sur les EMR

Allié à EDF Energies Nouvelles et Dong Energy, Alstom Renewable Power, qui est en compétition avec d'autres consortiums, comme celui constitué autour d'Areva, se positionne sur plusieurs champs, dont celui devant être implanté au large de Guérande, mais aussi à Saint-Brieuc, au Tréport, à Fécamp et Courseulles-sur-Mer. Suivant les résultats de l'appel d'offres, qui seront connus l'an prochain, Alstom prévoit d'implanter des usines de fabrication d'éoliennes à Saint-Nazaire et Cherbourg. STX France a donc une importante carte à jouer dans ce domaine et c'est pourquoi le chantier s'est allié au groupement d'entreprises Neopolia afin de structurer et développer une filière industrielle ligérienne spécialisée dans les EMR, et plus particulièrement dans le domaine de l'éolien offshore. Soutenus par les collectivités locales, les professionnels planchent ainsi sur plusieurs sujets, dont l'ingénierie des jackets à travers le programme Fondéol. « L'objectif est de pouvoir développer toute une filière spécialisée dans la région et de proposer la totalité de la prestation, y compris les études. Dans le domaine industriel, l'expérience que nous avons acquise avec la première fondation réalisée pour Alstom va nous permettre de peaufiner la mise au point des process industriels qui nous permettront demain de développer une industrialisation performante », note Jean-Yves Jaouen.
Pour mémoire, un industriel comme Alstom prévoit de lancer une présérie en 2013 avec 4 à 11 éoliennes sur l'année, puis d'augmenter la cadence avec le début de la production en série l'année suivante.