Construction Navale
STX France n’a pas l’intention de lâcher son site de Lorient

Actualité

STX France n’a pas l’intention de lâcher son site de Lorient

Construction Navale

Si la cession du chantier de Lanester, près de Lorient, fut un jour envisagée, elle n’est plus d’actualité. C’est ce qu’avait déjà indiqué la direction de STX France cet hiver et c’est ce qu’elle a confirmé la semaine dernière, en détaillant le plan de restructuration et les nouveaux objectifs du site. La filiale morbihannaise des chantiers de Saint-Nazaire va perdre près de la moitié de ses effectifs, soit 43 postes sur 91. Mais elle ne sera pas vendue ni fermée, car ses capacités de production intéressent toujours STX France. Après plusieurs années difficiles et des millions d’euros de pertes, la direction a décidé de recentrer l’activité de Lanester. Le site se concentre désormais sur la construction « d’ensembles chaudronnés maritimes », en clair des coques de petits navires assemblées sur place, des sous-ensembles de coques fabriqués en sous-traitance ou encore des éléments de structures marines offshore.

Deux cheminées en attendant de nouvelles commandes

Après la livraison du patrouilleur sénégalais Kedougou la semaine dernière, le carnet de commandes de STX Lorient ne compte plus de navire. « L’activité commerciale pour prendre des commandes se poursuit activement. Dans l’attente, le chantier naval de Saint-Nazaire assure la charge de l’atelier de chaudronnerie du site de Lanester », précise STX France, qui a confié à sa filiale la réalisation des cheminées du paquebot géant Harmony of the Seas, dont la mise à flot est prévue au début de l’été dans l’estuaire de la Loire. Lorient peut espérer, dans les mois qui viennent, bénéficier de contrats liés à la réalisation de navires en acier, mais aussi de travaux issus du développement de sa maison mère sur le marché des énergies marines, comme l’éolien offshore.

Reclassement ou plan de formation pour 43 salariés

Concernant les postes supprimés,  des mesures de reclassement ont été mises en place. « A chacun des 43 salariés dont l’emploi est lié aux activités d’études, aux fonctions support ou bien à l’armement des navires, STX France S.A. propose un poste équivalent à Saint-Nazaire avec des mesures facilitant la mobilité familiale et met par ailleurs en place un dispositif de formation et de reclassement pour celles et ceux parmi eux qui déclineront l’offre de poste », précise l’entreprise.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)