Construction Navale
STX France : Près de la moitié des salariés au chômage partiel en mai ?

Actualité

STX France : Près de la moitié des salariés au chômage partiel en mai ?

Construction Navale

Hier, en comité d'entreprise, la direction des chantiers de Saint-Nazaire a présenté les prévisions d'activité de l'entreprise entre mars et mai. Comme prévu malheureusement, avec la baisse de charge liée à l'absence de commande, le chômage partiel va rapidement atteindre des niveaux record. « Le volume de chômage annoncé pour la période de mars à mai est énorme ! Ce chômage va toucher une large partie de l'effectif dont certains salariés qui ne savent pas quand ils reviendront aux chantiers », explique la CFDT. La CGT, de son côté, tire la sonnette d'alarme : « « Alors qu'en 2009, environ 49.000 heures ont été chômées, ce sont environ 472.000 heures de chômage qui sont demandées à la Direction Départementale du Travail pour la période de mars à mai 2010 », explique la CGT. D'après le syndicat, dès la mi-mars, le tiers de l'effectif de l'entreprise sera au chômage partiel de longue durée, pour approcher la moitié du personnel à la fin du mois de mai. « Ceci est inacceptable et ne sera pas sans conséquence sociale pour les salariés et leur famille. Il est impératif que la Direction concrétise des commandes au plus vite », estime la CGT. Les raisons de cette situation sont connues. Les deux derniers paquebots commandés (en 2006 et 2007) en sont au stade de l'achèvement. Le T32 - MSC Magnifica (294 mètres, 1275 cabines) sera livré le 25 février et le C33 - Norwegian Epic (326 mètres, 2109 cabines) quittera Saint-Nazaire mi-juin.

MSC jouera-t-elle le rôle de bouée de sauvetage ?

En avril dernier, la commande par le ministère de la Défense d'un bâtiment de projection et de commandement de 199 mètres a permis de relancer l'activité en production. Mais le BPC est, en termes de charge, très loin de valoir un paquebot. Le secteur de la fabrication, relancé en mai avec le Dixmude (G33), voit donc ses ateliers fermer progressivement depuis décembre. L'atelier « 180 Tonnes », qui sera le dernier à fonctionner, cessera de travailler à partir de la mi-mars. Ensuite, les autres secteurs seront progressivement touchés, du pré-montage à l'assemblage en passant par l'armement. Hors construction, il ne faut pas non plus oublier les autres sercices de l'entreprises, tous touchés par le chômage partiel. Face à une telle situation, seule une commande de MSC Croisières permettrait de relancer rapidement la production. La compagnie italo-suisse avait annoncé à l'été 2008 la commande de deux sisterships du Magnifica, des bateaux de série ne nécessitant pas de longue phase d'études (à l'inverse des prototypes). Mais, la crise étant passée par là, l'armateur n'a pas confirmé son annonce en commande. Les discussions se poursuivent actuellement, avec le soutien de l'Etat (actionnaire à 33.34% de STX France), pour garantir le financement. Compte tenu de l'enjeu, les services de Bercy ne ménageraient pas leurs efforts pour permettre à Saint-Nazaire de décrocher ce contrat. Si un accord des banques est obtenu le mois prochain, les chantiers pourraient lancer dès le printemps la production d'un nouveau paquebot. Compte tenu des délais nécessaires à sa réalisation, ce navire ne serait pas livré avant le printemps 2012.
Actuellement, STX France emploie 2300 personnes. Un plan de départs volontaires est en cours et porte sur 351 postes. Enfin, la sous-traitance, qui représente environ 2000 emplois sur le site et réalise plus de 70% de la valeur des paquebots, est elle aussi suspendue à la décison de MSC.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire