Construction Navale
STX France : Signature d’un accord de principe entre l’Etat et Fincantieri

Fil info

STX France : Signature d’un accord de principe entre l’Etat et Fincantieri

Construction Navale

En présence de Christophe Sirugue, secrétaire d’Etat français à l’Industrie, Giuseppe Bono, directeur général de Fincantieri et Martin Vial, DG de l’Agence des Participation de l’Etat, ont signé ce 12 avril un accord de principe reprenant les principaux termes annoncés le 6 avril concernant la reprise des chantiers STX France de Saint-Nazaire par le groupe italien. Le document, présenté comme un « élément clé » en vue de la conclusion d’un accord définitif, comprend également les grands axes du business plan que Fincantieri et l’APE souhaitent voir mis en place. Aucun détail complémentaire n’a été apporté, Fincantieri précisant qu’il espérait conclure aussi vite que possible, avec le tribunal de Séoul, la vente des 66.7% détenus par le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding dans les chantiers nazairiens. Cela passera d’abord par la signature à Séoul du Sale and Purchase Agreement (SPA).

Au terme de l’accord conclu, l’Etat conservera via l’APE les 33.34% qu’il détient dans l’entreprise, Fincantieri acceptant de rétrocéder une partie des 66.67% qu’il doit acquérir en Corée du sud. Le groupe italien ne devrait ainsi conserver qu’environ 48% du capital, alors qu’une fondation italienne disposera pour 8 ans de 6%. Le groupe naval français DCNS prendra quant à lui 12 à 13% des parts.

Alors que Giuseppe Bono est attendu à Saint-Nazaire mercredi 19 avril, le processus d’information et de consultation du Comité d’entreprise de STX France devrait débuter la semaine prochaine. Les syndicats attendent du DG de Fincantieri des détails très précis sur les fameuses garanties que l’Etat aurait obtenu et demandent à avoir accès à ce qui deviendra le futur pacte d’actionnaires. Le CE aura un mois pour se prononcer sur l’opération. Son avis sera purement consultatif mais très important d’un point de vue symbolique, surtout en cette période d’élection où la quasi-totalité des candidats à la présidence de la République se sont prononcés contre une reprise de Saint-Nazaire par le groupe italien.

L’opposition à Fincantieri semble d’ailleurs grandir de jour en jour puisqu’en plus de l’ensemble des instances de Force Ouvrière, les Fédérations CGT des Travailleurs de la Métallurgie et des Travailleurs de l’Etat (FTM et FNTE) ont estimé ce 12 avril que l’accord conclu avec Fincantieri est « inacceptable » et appellent l’Etat à préempter les parts de STX. Une décision que l’actuel gouvernement a refusé de prendre mais que son successeur devrait pouvoir mettre en œuvre. En effet, ce droit inscrit dans le pacte d’actionnaires signé en 2008 entre la France et STX court normalement sur deux mois après la signature du SPA.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire