Construction Navale
STX à la barre d'Aker Yards : Fincantieri veut lancer une contre-attaque européenne

Actualité

STX à la barre d'Aker Yards : Fincantieri veut lancer une contre-attaque européenne

Construction Navale

Le groupe italien, leader mondial de la construction de paquebots et acteur important dans le secteur militaire, espère toujours contrecarrer les ambitions du Sud-Coréen STX Shipbuilding sur la navale européenne. A cet effet, Fincantieri pourrait proposer aujourd'hui une solution à la Community of European Shipyards Associations. La CESA, qui regroupe les grands constructeurs européens, se réuni à Oslo, chez Aker Yards. Et c'est précisément l'avenir du groupe norvégien, propriétaire des chantiers de Saint-Nazaire, qui inquiète Fincantieri. STX est officiellement devenu actionnaire majoritaire d'Aker, Bruxelles ayant donné son accord à l'opération de rachat portant sur 39.2% du capital du Norvégien. Le président de Fincantieri a rappelé que son groupe avait espéré que l'acquisition soit bloquée au niveau de la Commission européenne. « Comme il n'y a plus maintenant de chance pour une solution règlementaire, nous allons opter pour l'approche industrielle et politique », explique Corrado Antonini, dont les propos sont repris par le Lloyd's List. Face à l'arrivée au sein même de l'UE de leur plus dangereux concurrent, les Européens, sous l'impulsion de Fincantieri, pourraient donc élaborer une nouvelle stratégie face à STX. S'exprimant au cours d'une réunion du Cluster maritime italien, Corrado Antonini a rappelé que son groupe avait espéré contrer la menace sud-coréenne en faisant entrer dans Aker Yards un consortium européen détenant la majorité du capital. Selon lui, cela aurait permis d'éviter qu' « un de nos concurrents principaux (entre) à l'intérieur d'un acteur important de la construction navale européenne ». Outre la problématique d'un éventuel pillage de savoir-faire en matière de paquebots, le patron du groupe italien s'est également dit préoccupé des conséquences de l'arrivée de STX sur la navale militaire, et plus particulièrement en ce qui concerne les chantiers de Saint-Nazaire. « Aker a aussi une filiale en France à même de construire des porte-avions », a-t-il rappelé, faisant référence au projet PA2 dont Aker Yards assurerait la construction pour le compte de DCNS, entreprise française avec laquelle Fincantieri construit des frégates en coopération (Horizon, FREMM).

Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien