Construction Navale
STX Lorient : CMN et Kership sur les rangs pour un rachat

Actualité

STX Lorient : CMN et Kership sur les rangs pour un rachat

Construction Navale

Deux offres portant sur l’acquisition du site du Lanester de STX France sont sur la table de Laurent Castaing, qui en a informé le comité d’entreprise du site, réuni hier après-midi. « Nous avons reçu une offre d’achat de la part de Kership et un engagement d’achat de la part de CMN ». Une différence sémantique que Laurent Castaing détaille : « CMN nous a contacté il y a quelques temps déjà pour obtenir des renseignements sur le chantier. A la suite de quoi ils ont déposé une offre détaillée qui consiste en un dossier d’une quarantaine de pages, dans lequel ils s’engagent à racheter la société STX Lorient et à reprendre l’intégralité des contrats de travail (NDLR 45 personnes actuellement) ». Kership a adressé, de son côté, le 7 janvier dernier, une lettre « de deux pages » qui établit également un prix de rachat ainsi qu’une reprise des salariés. Les deux potentiels repreneurs ont fixé une date butoir de validité de leur offre, qui n’a pas été divulguée, mais qui se situerait, selon toute vraisemblance, à l’été. « Nous allons désormais étudier  de manière détaillée ces deux offres et apporter les précisions demandées »

La longueur d’avance de CMN

« CMN a clairement pris une longueur d’avance et propose un prix nettement plus favorable. Je vais donc commencer les discussions sérieuses avec eux. Pour autant Kership peut toujours revenir dans la course ». Laurent Castaing entend également apaiser les nombreux bruits de quai qui font état d’une défiance à l’égard de Piriou suite à l’attribution de plusieurs marchés publics au groupe concarnois. « Nous avons été compétiteurs sur de nombreux dossiers. Nous n’avons, évidemment, pas été contents que toutes les offres leur aient été données. Mais, les bruits relayés sont manifestement exagérés ». Et pour Kership, « la porte n’est pas fermée ».

Un processus de plusieurs mois

Le processus qui s’enclenche doit désormais suivre le cadre juridique de la loi Hamon d’information des salariés. « Mi-février, nous allons convoquer un CE pour l’informer, le cas échéant, de notre volonté de vendre. Les représentants du personnel ont alors un mois, voire un peu plus en cas de nomination d’un expert, pour se positionner sur cette vente ou proposer une reprise par les salariés ». En cas de réponse favorable du CE, le processus de vente devrait aboutir, au plus tôt, au début de l’été.

La question du plan de charge de Lorient

Reste la question du plan de charge de STX Lanester, qui effectue actuellement des travaux de tôlerie en sous-traitance de Saint-Nazaire. « Il y a du travail jusqu’à fin 2016 et nous aurions un véritable problème industriel si nous devions tout ramener d’un coup à Saint-Nazaire. Ce sera donc un important point de discussion avec le repreneur pour que nous puissions gérer au mieux avec lui, la fin des travaux programmés ». CMN s'est, en fait, engagé à laisser les capacités disponibles cette année pour STX France, ses besoins en production n'étant prévus que début 2017 (voir notre article sur le projet de CMN)

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)