Construction Navale
STX Lorient dans une situation critique

Actualité

STX Lorient dans une situation critique

Construction Navale

Un hall de construction vide, un dernier navire sur le départ, des mesures de chômage partiel qui s’étendent… L’heure est à l’inquiétude pour les 120 salariés, ainsi que les 200 sous-traitants et intérimaires du chantier STX du Rohu, à Lanester, près de Lorient. Alors que le sablier St Pierre vient d’être livré et que le petit navire à passagers électrique Ar Vag Tredan est en achèvement à flot, pour une livraison en octobre, aucune nouvelle commande ne permet pour le moment la poursuite de l’activité. Face à cette situation, la direction a adopté des mesures de chômage partiel pour une vingtaine de salariés, ainsi que des prêts de personnels pour une dizaine d’autres. Par chance, le contrat de prestation pour DCNS, qui mobilise habituellement environ 25 à 30 salariés de STX sur le site lorientais du groupe naval miliaire, nécessite actuellement plus de moyens humains, DCNS connaissant un pic de charge. Une cinquantaine de salariés de STX oeuvrent donc en ce moment sur les frégates en construction à quelques kilomètres du Rohu. Mais ce regain d’activité chez DCNS pourrait ne pas durer et l’absence de nouveau projet chez STX pose clairement la question de la survie du chantier de Lanester. « S’il n’y a pas rapidement de commande, on peut penser que la boite pourrait fermer début 2013 », s’alarme un délégué du personnel. De nombreux salariés craignent notamment une décision expéditive du groupe sud-coréen STX Shipbuilding, via sa filiale STX Europe, actionnaire majoritaire des chantiers de Lorient et Saint-Nazaire.

 

Le transbordeur Ile de Groix, livré par STX Lorient en 2008 (© STX FRANCE)

Le transbordeur Ile de Groix, livré par STX Lorient en 2008 (© STX FRANCE)

 

La CGT demande la construction d'un nouveau navire pour Groix

 

Alors que le chantier de Saint-Nazaire, qui traverse aussi une situation très difficile, pourrait décrocher prochainement une commande providentielle, les salariés de Lorient ne voient rien venir. Les responsables syndicaux de Lorient sont donc sur le pont, depuis des semaines, pour sensibiliser l’opinion publique et les élus à la situation critique que connait leur entreprise. La CGT a, notamment, lancé une pétition pour demander qu’un nouveau navire soit construit afin de remplacer le Saint-Tudy, un bateau âgé de 25 ans affecté à la liaison entre Lorient et l'île de Groix. Après avoir construit pour le compte du Conseil général les Bangor et Ile de Groix, en 2006 et 2008, le syndicat estime que STX est parfaitement positionné pour réaliser un nouveau transbordeur départemental. A ce titre, des contacts ont été pris avec les collectivités et le collectif de Groix, la pétition devant être remise le 24 octobre au Conseil général du Morbihan, propriétaire des navires exploités vers les îles.

 

Le sablier St Pierre, lancé en mars (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Le sablier St Pierre, lancé en mars (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

S'appuyer sur les réaussites techniques pour vendre

 

Dans le même temps, STX continue de se positionner sur différents types de navires, en misant sur les succès techniques remportés avec ses dernières réalisations, comme le Si Pierre, sablier à élinde trainante capable d’extraire des granulats à 45 mètres de profondeur, et le navire tout électrique en cours d’achèvement. Commandé par la communauté d’agglomération de Lorient, l’Ar Vag Tredan, qui utilise une technologie brevetée de super-condensateurs en aluminium pour le stockage d’énergie, constitue une innovation très prometteuse. Le chantier poursuit, par ailleurs, sa recherche de clients dans d’autres domaines, comme les ferries propulsés au gaz naturel liquéfié, les navires fluviaux ou encore les bâtiments école et patrouilleurs dans le secteur militaire.

 

Mise à l'eau de l'Ar Vag Tredan le 17 septembre (© STX FRANCE - L. LECLERCQ)

Mise à l'eau de l'Ar Vag Tredan le 17 septembre (© STX FRANCE - L. LECLERCQ)

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)