Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

STX Lorient : Le premier CTM NG russe en achèvement à flot

Défense

Alors que Saint-Nazaire se prépare à l’arrivée du futur équipage du Vladivostok, le programme des chalands de débarquement qui équiperont le premier des deux BPC commandés par la Russie est en plein avancement. La tête de série, dont la construction a été confiée au site STX France de Lorient, est en achèvement à flot le long du Scorff. Adoptant le design CTM NG (chaland de transport de matériel de nouvelle génération) développé par DCNS, cet engin se révèle très différent des traditionnels CTM de la marine française, même s’il reprend le même concept. Plus grand (environ 27 mètres de long pour près de 7 mètres de large, contre 23 mètres de long et 6.3 mètres de large pour le CTM), le CTM NG présente une évolution majeure par rapport à son aîné. Il s’agit d’un chaland de type Ro-ro (roll-on roll-off) avec une porte à l’avant, mais aussi une rampe repliable à l’arrière. A l'instar des LCM-1E espagnols, le CTM NG peut donc effectuer ses opérations d’embarquement et de débarquement dans les deux sens, ce qui facilite les manœuvres et offre un gain de temps. Cette configuration entraine un déplacement de la timonerie, qui devient un fin poste de pilotage intégré sur le côté tribord arrière. La coque, en acier, a par ailleurs été redessinée afin d’améliorer les qualités nautiques, qui ne sont pas le grand fort des CTM. Ainsi, le CTM NG sera apparemment mieux à même de franchir les vagues et pourrait atteindre une vingtaine de nœuds à vide, une vitesse doublée par rapport à celle de son prédécesseur.

 

 

Le CTM NG russe (

Le CTM NG russe (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le CTM NG russe (

Le CTM NG russe (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le CTM NG russe (

Le CTM NG russe (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le CTM NG russe (

Le CTM NG russe (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

En tout, la réalisation de quatre chalands de ce type a pour le moment été confiée à STX Lorient, qui a lancé la construction des trois unités suivantes et livrera l’ensemble du lot avant le mois d’octobre, date à laquelle le Vladivostok quittera les chantiers STX France de Saint-Nazaire pour rejoindre la Russie. Une tranche supplémentaire de quatre autres CTM NG est prévue afin d’équiper le second BPC russe, le Sevastopol, qui doit être achevé l’an prochain.

 

 

Le BPC Vladivostok (

Le BPC Vladivostok (© MICHEL FLOCH)

 

 

400 Russes à Saint-Nazaire à la fin du mois

 

 

D’ici là, les équipages de ces deux bâtiments de projection et de commandement, soit en tout quelques 400 marins, vont rejoindre l’estuaire de la Loire afin d’être formés à la mise en œuvre des BPC. L’instruction sera réalisée à terre et à bord du Vladivostok (y compris pour les marins du futur Sevastopol, formés en même temps). Initialement prévue début juin, l’arrivée des Russes a été retardée de quelques semaines. Il ne s’agit apparemment pas d’un problème diplomatique, en marge des tensions entre Moscou et les Occidentaux au sujet de l’Ukraine, mais d’un souci technique. Le bâtiment école Smolniy, qui servira de caserne flottante aux marins russes, a en effet subi une avarie après sa dernière campagne réalisée en mai. Ce n’est donc qu’à la fin du mois, à priori le 22 juin, que le navire et les futurs équipages rallieront Saint-Nazaire. 

 

 

Le bâtiment école Smolniy (

Le bâtiment école Smolniy (© BERNARD PREZELIN)

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) Naval Group (ex-DCNS) Marine russe