Construction Navale
STX : Plus de 1000 salariés au chômage partiel aux chantiers finlandais de Turku

Actualité

STX : Plus de 1000 salariés au chômage partiel aux chantiers finlandais de Turku

Construction Navale

Le constructeur des Genesis, les plus grands paquebots du monde, est sur la brèche. Après Saint-Nazaire, où près de 800 salariés vont subir des mesures chômage partiel, c'est au tour de l'autre site de construction de paquebots de STX Europe, à Turku (Finlande), se subir des mesures similaires. La direction a annoncé l'arrêt du travail pour 900 ouvriers et 160 cadres, soit près de la moitié des effectifs du site (2400 personnes). Chantier disposant des plus importantes infrastructures de Finlande, Turku doit faire face à une baisse importante de sa charge de travail. Après l'abandon, par RCCL, de la construction d'un quatrième Freedom of the Seas (158.000 tonneaux, 1800 cabines), le site n'a que deux paquebots dans son carnet de commandes. Certes, il s'agit des plus gros du monde, mais la réalisation de ces bateaux avance à un rythme soutenu alors qu'aucun autre contrat n'est venu garnir le carnet de commandes. Mis à flot en décembre, l'Oasis of the Seas (220.000 tonneaux, 2700 cabines) effectuera sa traversée inaugurale en décembre prochain. Son sistership, l'Allure of the Seas, a été mis sur cale le mois dernier pour une livraison à l'automne 2010. STX envisagerait de redéployer une grande partie des équipes vers ses autres sites finlandais, Rauma et Helsinki, spécialisés notamment dans la réalisation de ferries. Mais, là aussi, le carnet de commandes se vide progressivement.
La situation des chantiers finlandais est donc très délicate, d'autant qu'ils n'ont pas bénéficié des investissements consentis à Saint-Nazaire et sont toujours confrontés au problème du vieillissement de la population ouvrière (la moyenne d'âge dépasse 50 ans). Après avoir plombé les résultats du groupe (alors Aker Yards) en 2007 suite à des problèmes et retards multiples dans la construction des ferries, l'avenir des chantiers finlandais semble des plus incertains. Ces derniers ne peuvent, de plus, pas compter sur un soutien similaire à celui apporté par l'Etat à Saint-Nazaire.

Meyer Turku (ex-STX FINLAND)