Marine Marchande
Suite à la grève, quelles conséquences économiques pour le port de Marseille?

Actualité

Suite à la grève, quelles conséquences économiques pour le port de Marseille?

Marine Marchande

Depuis mardi, le port autonome est totalement paralysé. Outre Marseille, le mouvement s’étend aux terminaux de Fos-sur-Mer et Lavera. Cette grève n’est pas organisée par les personnels de la SNCM mais par les agents du port, à l’appel de la CGT. Hier la direction du PAM relevait 20% de grévistes sur les 1450 salariés. Selon elle, leurs revendications ne concernent pas directement le port. Ce mouvement, surtout guidé par une volonté de soutien envers les salariés de la compagnie maritime engendre une perte de chiffre d’affaire. « De l’ordre de 500.000 euros par jour pour le port autonome et 3 à 4 millions pour les opérateurs et manutentionnaires sur l’ensemble de la zone portuaire », explique la direction. Pour éviter de se retrouver bloquer à Marseille, plusieurs compagnies ont dérouté leurs navires. Ainsi, une dizaine de porte-conteneurs a rallié d’autres ports, notamment Barcelone. Sur les quais de la cité phocéenne, la situation des sociétés privées, qui emploient les agents de manutention (les dockers), devient difficile. « Ce sont les entreprises les plus fragiles, celles qui sont touchées en premier. Leur personnel a d’ailleurs été mis en chômage technique », explique-t-on au Port autonome. Les compagnies maritimes et les pétroliers subissent également des pertes. Hier, 13 pétroliers et gaziers attendaient en rade alors que 11 autres navires étaient bloqués à quai.

Escales de paquebots annulées

Conséquence plus discrète mais tout aussi importante de ce mouvement social, l’annulation progressive des escales de paquebots prévues ce week-end. Ainsi, tour à tour, les MSC Lirica, MSC Sinfonia, Costa Fortuna, Sylver Cloud, Splendour of the Seas, Aquamarine et Funchal doivent faire relâche à Marseille. L’ensemble de ces navires embarquent 10.000 passagers. Selon la CCI de Marseille, les croisiéristes qui visitent la ville dépensent en moyenne 100 euros par personne. Le manque à gagner pour le commerce local risque donc de s’élever à un million d’euros sur deux jours. Outre l’aspect purement économique, le Port Autonome de Marseille craint les contrecoups d’une mauvaise publicité : « C’est évident que ça nous donne une mauvaise image auprès des compagnies et nous espérons que ça ne fera pas trop de dégâts ». L'élan du PAM aura en tous cas été cassé net. Entre janvier et août, 64,8 millions de tonnes de marchandises y ont transité, soit une hausse de plus de 3% par rapport à la même période en 2004.

Corsica Linea | Toute l'actualité de la compagnie de ferries