Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Super Etendard : Dernière sortie publique avant le retrait du service

Défense

Le mythique avion de combat de l’aéronautique navale française sera présent dimanche 22 mai au meeting aérien de Biscarosse, dans les Landes. Ce sera son ultime sortie publique avant son retrait du service à l’issue d’une cérémonie qui se déroulera le 12 juillet sur la base de Landivisiau, dans le Finistère. « Deux SEM effectueront des démonstrations aériennes au cours de leur dernière manifestation publique en meeting. Le symbole est fort, Biscarrosse étant la ville marraine de la flottille 17F, la dernière de l'aéronautique navale à mettre en œuvre cet aéronef mythique qui vient d’accomplir sa dernière mission opérationnelle à bord du porte-avions Charles de Gaulle. Les pilotes seront également disponibles sur le tarmac, pour présenter les missions des marins du ciel et de leur flottille, qui sera prochainement équipée du Rafale Marine. Ils seront accompagnés par les membres du Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) qui dispenseront des informations sur les carrières de la marine et de l’aéronautique navale en particulier », explique la Marine nationale.

 

 

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

 

La 17F, dernière flottille à passer sur Rafale Marine

Alors que la 17F ne comptait plus cette année plus que 16 Super Etendard Modernisés (SEM) en parc, dont la moitié en ligne et embarquée sur le Charles de Gaulle cet hiver (les appareils ont fait leurs adieux au porte-avions le 16 mars au large de Toulon), la flottille va achever sa transformation sur Rafale Marine, dont la 11F et la 12F sont déjà équipées. Pour la première fois depuis sa mise en service en 2001, le porte-avions français n’embarquera plus pour son prochain déploiement, en capacité aérienne de combat, que le nouvel appareil de Dassault Aviation, dont la marine va recevoir incessamment sous peu le 46ème exemplaire. En tenant compte de l’attrition (quatre avions perdus) et du retour des ex-F1 portés aux standard F3, les flottilles de chasse de l’aéronautique navale aligneront, en 2017, 42 Rafale Marine.

 

SEM et Rafale Marine sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

SEM et Rafale Marine sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

SEM au catapultage (© : MARINE NATIONALE)

SEM au catapultage (© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

 

Un appareil polyvalent modernisé à plusieurs reprises

Produit à 85 exemplaires par Dassault, dont 14 pour l’Argentine qui rendit l’appareil célèbre avec la mise hors de combat du destroyer HMS Sheffield pendant la guerre des Malouines,  le Super Etendard fait son premier vol en 1974 et est opérationnel en 1978. Dérivé de l’Etendard IVP, cet appareil destiné à la lutte antinavire et l’attaque au sol a été spécialement conçu pour être mis en œuvre à partir de porte-avions. Il sert dès lors sur les Clemenceau et Foch, avant d’embarquer sur le Charles de Gaulle. Entretemps, le Super Etendard a bénéficié de différentes modernisations. La dernière en date, appelée standard 5, a été réalisée sur 35 avions, devenus SEM à partir de 2006. Ces appareils mono-réacteur, équipés d’un SNECMA 8K50 de 5 tonnes de poussée leur permettant d’atteindre Mach 1.3, étaient équipés de deux canons de 30mm. Ils pouvaient notamment mettre en œuvre des bombes à guidage laser, des missiles antinavire Exocet AM39, le missile nucléaire ASMP, mais aussi effectuer des missions de reconnaissance et de ravitaillement en vol au profit d’autres avions.  

 

SEM à l'appontage (© : MARINE NATIONALE)

SEM à l'appontage (© : MARINE NATIONALE)

 

Une douzaine de grandes opérations en quatre décennies

En près de 38 ans de service, le Super Etendard a participé à une douzaine de grandes opérations. Au début des années 80, il est engagé au Liban et en Syrie, effectuant notamment le fameux raid de Baalbek, puis intervient en ex-Yougoslavie dans les années 90 et en Afghanistan à partir de 2001. En 2011, les SEM participent à l’opération Harmattan en Libye et achèveront leur carrière avec les deux dernières interventions du Charles de Gaulle contre le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie. 

Les Super Etendard ont armé les flottilles 11F (de 1978 à 2011), 14F (de 1979 à 1991) et 17F (depuis 1980), ainsi que l’escadrille 59S (1991-1997) chargée de la formation des pilotes.

24 des 71 avions mis en œuvre par l’aéronautique navale française ont, rappelle la Marine nationale, connu des fins « brutales » en vol ou lors des phases de catapultages et appontages. En cause : des collisions aviaires, des décrochages ou encore des avaries techniques. L’un des 5 Super Etendard prêtés à l’Irak en 1983 fut quant à lui abattu par la chasse iranienne l’année suivante. Côté français, 16 pilotes sont sortis sains et saufs des accidents mais huit autres ont perdu la vie, ainsi que deux techniciens.

- Voir l'article détaille de Cols Bleus sur le Super Etendard

 

Livrée des 40 ans du premier vol en 2014 (© : MARINE NATIONALE)

Livrée des 40 ans du premier vol en 2014 (© : MARINE NATIONALE)

SEM sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

SEM sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

SEM de la 11F au Tiger Meet 2007 (© : MARINE NATIONALE)

SEM de la 11F au Tiger Meet 2007 (© : MARINE NATIONALE)

SEM au catapultage (© : MARINE NATIONALE)

SEM au catapultage (© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

 

Marine nationale Dassault Aviation