Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Reportage

Sur le chantier du Charles de Gaulle

Défense

Cap aujourd’hui sur Toulon, où nous vous emmenons à bord du porte-avions Charles de Gaulle, qui est depuis bientôt un an en cale sèche aux bassins Vauban. Sur le bâtiment, qui bénéficie d’une refonte à mi-vie, les travaux progressent en vue de sa remise à l’eau, qui doit si tout va bien intervenir en avril. Le second arrêt technique majeur du R91 depuis sa mise en service en 2001 ne sera pas pour autant achevé. Sous la maîtrise d’œuvre de Naval Group, le chantier se poursuivra à quai, jusqu’à l’été, lorsque le navire sera prêt à reprendre la mer. D’abord pour une période d’essais, puis pour entrainer son équipage et ensuite le groupe aérien embarqué ainsi que l’ensemble du groupe aéronaval. Objectif de la Marine nationale : recouvrer une pleine capacité opérationnelle de son principal outil de projection d’ici la fin de l’année.

 

Le Charles de Gaulle hier, à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le Charles de Gaulle hier, à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Sur le chantier du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Sur le chantier du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

L'étrave du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

L'étrave du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

La poupe du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

La poupe du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

L'un des deux safrans juste avant sa remise en place (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

L'un des deux safrans juste avant sa remise en place (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Au fond de la cale sèche (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Au fond de la cale sèche (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

En attendant, le porte-avions, toujours bardé d’échafaudages, est une véritable ruche. Des milliers de salariés de Naval Group et de ses sous-traitants, mais aussi l’équipage, oeuvrent à bord et autour de la cale sèche depuis des mois. De nombreuses révisions ont déjà été achevées ou sont bien engagées, comme nous avons pu le constater hier lors d’une visite du bâtiment. Alors que la coque est progressivement remise en peinture, les safrans ayant après visite été rembarqués hier, l’îlot, qui commence à se découvrir, laisse apparaître certaines modifications. Il a par exemple perdu le radôme qui abritait auparavant le radar DRBJ-11B, remplacé par un nouveau SMART-S.

 

L'îlot avec, notamment, son nouveau radar SMART-S (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

L'îlot avec, notamment, son nouveau radar SMART-S (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Sur le pont d’envol, les deux catapultes, qui ont servi 41.000 fois depuis les débuts du Charles de Gaulle, font l’objet de la plus grande attention. Pour cet arrêt technique, des panneaux de fosse ont été changés et de nombreux cylindres, dont l’ouverture retenant le croc a habituellement tendance à s’écarter au fil des nombreux catapultages, ont été martelés afin de les resserrer. Toute la machinerie très complexe de ces catapultes à vapeur, l’un des systèmes les plus cruciaux du bâtiment, est inspectée et remise à niveau, avec si besoin remplacement de certains éléments. Idem pour les imposantes presses qui retiennent les brins d’arrêts sur la piste oblique ou encore les déflecteurs de jet. Le long de la piste oblique, une nouvelle plateforme a par ailleurs été créée pour accueillir un miroir d'appontage flambant neuf. 

 

Le nouveau miroir d'appontage (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le nouveau miroir d'appontage (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

Travail sur une fosse de catapulte (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Travail sur une fosse de catapulte (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

L’intérieur du bâtiment est également un vaste chantier, du hangar encombré de multiples matériels aux cuisines en passant par le Central Opération, qui a été complètement vidé pour être remis à neuf, avec un système de combat rénové et de nouvelles consoles, fraîchement installées. L’heure y est désormais au démarrage progressif des systèmes.

- Voir notre article détaillé sur les travaux de cet arrêt technique

 

Le hangar du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le hangar du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

A l'intérieur du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

A l'intérieur du Charles de Gaulle (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Marine nationale