Vie Portuaire
Sur l’Evelyn Maersk, en escale chez Seayard

Reportage

Sur l’Evelyn Maersk, en escale chez Seayard

Vie Portuaire
Marine Marchande

La semaine dernière, le terminal Seayard de Fos-sur-Mer a accueilli le porte-conteneurs Evelyn Maersk. L’occasion de faire une petite visite de ce navire particulièrement impressionnant, datant de 2007 mais qui n’a contrairement à beaucoup de ses contemporains pas trop à souffrir de la course au gigantisme qui s’est déroulée depuis.

 

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

 

L’Evelyn Maersk et ses sept sisterships, tous sortis des chantiers d’Odense au Danemark entre 2006 et 2008, forment la fameuse « Classe E » de l’armement danois Maersk Line. Des navires qui avaient à l’époque surclassé de manière radicale tous les autres porte-conteneurs en service ou en construction. Et fait couler beaucoup d’encre quant à leur capacité réelle, que l’armateur garda confidentielle.

Pour comprendre la rupture provoquée par les E-Class à l’époque, il faut se souvenir qu’en février 2006, les chantiers sud-coréens Hyundai d’Ulsan sortaient le Cosco Guangzhou, célébré comme le plus grand porte-conteneurs du monde. Un navire de 350 mètres de long pour 42.8 mètres de large (soit 17 rangs de conteneurs) et une capacité de 9450 EVP. Un record littéralement pulvérisé, six mois plus tard, par la sortie de l’Emma Maersk, dont le monde découvre les dimensions hors normes : 399 mètres de long pour 56.4 mètres de large, de quoi loger 22 rangées de boites sur le pont. Maersk Line parle à l’époque d’une capacité de 11.000 EVP, que tout le monde sait largement sous-évaluée. Elle se situe finalement autour de 15.000 EVP.

 

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

L'Evelyn Maersk à Fos (© EMMANUEL BONICI)

 

La série, qui devait au départ compter onze unités, n’en verra finalement que huit construites : Emma, Ebba, Evelyn, Edith Eleonora, Elly, Estelle et Eugen. Ces navires garderont le titre de plus gros porte-conteneurs du monde pendant six ans, avant d’être détrônés en décembre 2012 par le CMA CGM Marco Polo (16.020 EVP). Les records tombent depuis régulièrement, même si les nouveaux géants ont avec la barre des 400 mètres atteint une longueur limite qui n’est depuis les E pas dépassée. Les largeurs ont en revanche augmenté, alors que les formes de coques et la gestion des volumes ont fait beaucoup de progrès, permettant de loger dans le même volume beaucoup plus de conteneurs. A titre de comparaison, le futur CMA CGM Jacques Saadé, qui doit entrer en service d’ici l’été, mesure 399.9 mètres de long pour une largeur de 61.4 mètres et une capacité de 23.112 EVP.

 

La passerelle de l'Evelyn Maersk (© EMMANUEL BONICI)

La passerelle de l'Evelyn Maersk (© EMMANUEL BONICI)

 

 

Aileron de passerelle de l'Evelyn Maersk (© EMMANUEL BONICI)

Aileron de passerelle de l'Evelyn Maersk (© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

 

L’Emma Maersk et ses sisterships sont équipés d’un énorme moteur diesel deux temps de 14 cylindres, à l’époque le plus gros du monde. Une machine d’un peu plus de 80.000 kW (108.000 cv) mais qui n’est cependant pas suffisamment puissante pour faire naviguer  ces mastodontes de plus de 150.000 tonnes de port en lourd à 24/25 nœuds, vitesse commerciale standard sur les lignes entre l’Asie et l’Europe au moment de la mise en service des navires. L’installation de deux moteurs principaux étant jugée trop onéreuse, il avait été décidé d’ajouter deux moteurs électriques de 9 MW venant s’embrayer sur l’unique ligne d’arbre pour atteindre la puisse requise à l’allure de transit.

 

Le moteur principal de l'Evelyn Maersk (© EMMANUEL BONICI)

Le moteur principal de l'Evelyn Maersk (© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

 

La venue à Fos-sur-Mer de l’Evelyn Maersk permet à Seayard Terminal de réaffirmer sa capacité à traiter les navires de très grande taille, comme il  l’avait fait avec la série des MSC London (février 2015), MSC Istambul (2017) et MSC New York (2018), des navires de 400 mètres de long, 54 mètres de large et 16.650 EVP). La mise en service du dernier portique Paceco Malacamax vient renforcer les deux super post panamax et, dans quelques mois, la rotule entrera en service et permettra une mutualisation des moyens de manutention avec le terminal voisin d’Eurofos.

Arrivé mardi dernier et reparti jeudi, l’Evelyn Maersk a réalisé durant son escale provençale quelques 2200 mouvements de conteneurs.

 

Vue depuis la plage avant du navire (© EMMANUEL BONICI)

Vue depuis la plage avant du navire (© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

 

 

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

(© EMMANUEL BONICI)

 

Port de Marseille