Aménagement du Littoral
Surmortalité des huîtres : la justice ne retient pas la responsabilité de l'Ifremer
ABONNÉS

Actualité

Surmortalité des huîtres : la justice ne retient pas la responsabilité de l'Ifremer

Aménagement du Littoral

Le tribunal administratif de Rennes a débouté cinq ostréiculteurs bretons qui s’étaient retournés contre Ifremer pour obtenir réparation de la perte de naissains d’huîtres (triploïdes), entre 2008 et 2012. Ils estimaient que l’institut n’avait pas rempli son rôle de conseiller et de lanceur d’alerte. Les juges ne sont pas de cet avis.

Lors de l’audience, le 4 février, on a beaucoup parlé d’huître triploïde devant le tribunal administratif de Rennes. Pourquoi ? Parce que ce mollusque marin génétiquement modifié, créé dans les laboratoires de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), est au cœur d’un conflit entre l’établissement public et plusieurs ostréiculteurs.

Cinq d’entre eux, établis à Arradon, Larmor-Baden et Saint-Philibert dans le Morbihan et Cancale en Ille-et-Vilaine, ont en effet