Divers
Surveillance du littoral: Faut-il créer un corps de garde côtes?

Actualité

Surveillance du littoral: Faut-il créer un corps de garde côtes?

Divers

La commission des affaires étrangères du Sénat vient de remettre un rapport sur ce thème. Dans ce texte, les parlementaires plaident pour une meilleure coordination des moyens mis en oeuvre par la France, pour la surveillance de ses côtes. Le texte relève toutefois que le dipositif opérationnel est "globalement satisfaisant". Le modèle français se différencie par un éclatement des administrations alors que les moyens de surveillance sont regroupés sous un même commandement dans les pays anglo-saxons. Ainsi, dans l'hexagone, le Ministère de la Défense doit coordonner chaque jour l'action de la Marine Nationale, des Affaires Maritimes, des Douanes et de la Gendarmerie Maritime contre les risques de pollution, de trafics et de terrorisme.
Malgré ces très nombreuses ramifications, les sénateurs jugent que le dispositif est "efficace grâce à l'implication des différents acteurs et peu coûteux par rapport à ce que représenterait la constitution d'un corps de garde côtes". Ils déplorent toutefois un manque de coordination interministérielle. Pour y remedier, la commission des affaires étrangères propose la mis en place d'objectifs et d'indicateurs communs (décompte des heures à la mer, nombre de navires contrôlés, détail des saisies de stupéfiants...) et une programmation concertée des investissements pour combler les manques de moyens et éviter des doublons entre administrations. Enfin, les sénateurs appellent à lancer une réflexion sur la répartition des missions afin d'éviter que le Midef ne soit seul à assumer des charges très éloignées de la défense.
En 2004, la surveillance des côtes a représenté 25% de l'activité de la marine. 2068 navires ont été interrogés et 7 interceptés dans le cadre de la lutte contre les narcotrafics; 146 contrôlés dont 64 déroutés pour des affaires de pêche illicite et 17 bâtiments surpris pour des pollutions maritimes. La Marine et la Gendarmerie disposent d'une quarantaine de navires, 3 avions et 6 hélicoptères opérant 24 h/24 sur le littoral métropolitain. Ce dispositif est complété par 55 sémaphores dont 17 en veille permanente.