Science et Environnement
Surveillance maritime : Les Falcon passent le cap des 10.000 heures de vol

Actualité

Surveillance maritime : Les Falcon passent le cap des 10.000 heures de vol

Science et Environnement

A Lorient, la flottille 24 F, composée de quatre avions Falcon 50 M, célèbre aujourd’hui ses 10.000 heures de vol. Mise en sommeil en 1998 et réactivée en mars 2000, cette formation est équipée des appareils de Dassault Aviation, spécialisés dans la surveillance maritime. Le dernier des quatre avions a rejoint la base de Lann-Bihoué en 2002. Depuis, les Falcon 50 effectuent un travail énorme pour surveiller la côte atlantique et notamment le rail d’Ouessant, où ils sont parvenus à surprendre de nombreux navires pollueurs. Le dernier en date a été débusqué mardi, à 300 Km au sud-ouest de Brest. Suite au repérage effectué par un Falcon, qui a pris des photos d’une traînée d’hydrocarbures longue de 22 Km, le navire a été dérouté vers Brest où le parquet a réclamé 300.000 euros de caution pour le laisser repartir.

Tous types de missions

Outils précieux dans la bataille contre les dégazages, les appareils de la 24 F ont bien d’autres missions. Ils sont notamment impliqués dans la police des pêches, la surveillance aérienne pendant les grands évènements et aussi dans la lutte contre l’immigration clandestine et le trafic de drogue. Les Falcon peuvent également intervenir pour des opérations de sauvetage et de recherche. A cet effet, ils sont équipés de 8 chaînes SAR (Search and Rescue). Chaque conteneur renferme un canot et un nécessaire de survie.
D’une masse de 18 tonnes, le Falcon 50 M est dérivé de l’appareil civil de Dassault. Disposant d’un rayon d’action de 2700 nautiques, il peut rester en vol 6 heures. Doté du radar de surveillance Ocean Master et d’un système de transmission par satellite Inmarsat, son équipage comprend 5 personnes.