Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

TAAF : Le futur PLV devrait reprendre le nom d’Astrolabe

Défense
Science et Environnement

Livrable à l’été 2017 par le chantier Piriou de Concarneau, le Polar Logistic Vessel (PLV) devrait reprendre le nom du ravitailleur L’Astrolabe, qu’il sera amené à remplacer (le nom de Dumont d'Urville, qui avait été entendu dans les coursives, semble donc avoir été abandonné). L'actuel Astrolabe est un ancien navire offshore de 65 mètres, construit en 1986 et armé par P&O, est géré par l’Institut Polaire Paul-Emile Victor (IPEV). Il assure durant l’été austral (novembre à mars), à partir de Hobart, en Tasmanie, le ravitaillement de la base scientifique Dumont d’Urville en Terre Adélie (Antarctique).

 

L'Astrolabe (© : P&O)

L'Astrolabe (© : P&O)

 

Comme son aîné, le PLV sera affrété pour cette mission par l’IPEV. Propriété des Terres Australes et Antarctiques Française (TAAF), le futur navire sera armé par la Marine nationale. Car, en dehors de ses missions polaires, il assurera également le remplacement du patrouilleur austral Albatros, retiré du service actif cet été. Dans cette perspective, le PLV sera basé la majeure partie de l’année à La Réunion, d’où il mènera de longues patrouilles vers les eaux des archipels austraux français (Kerguelen, Crozet, Saint-Paul et Amsterdam).

 

L'Albatros (© : PATRICK SORBY)

L'Albatros (© : PATRICK SORBY)

 

D’un coût de 50 millions d’euros, le nouvel Astrolabe mesurera 72 mètres de long pour 16 mètres de large. Il pourra accueillir jusqu’à 60 personnes, transporter 1200 tonnes de fret et embarquer un hélicoptère. Il sera doté d’une coque brise-glace afin de pouvoir évoluer jusqu’en Antarctique à travers le « pack », c'est-à-dire la banquise ou des plaques de glace dérivantes.

Après sa livraison au début de l’été 2017, le futur navire doit rallier l’océan Indien à l’automne puis l’Antarctique dès l’hiver pour une première campagne de ravitaillement des bases polaires françaises.

TAAF Marine nationale