Croisières et Voyages
TAAJ Croisières : Lever de rideau sur le Costa Voyager

Actualité

TAAJ Croisières : Lever de rideau sur le Costa Voyager

Article gratuit
Croisières et Voyages

A la coupée, le tapis rouge s'allonge sur le pont du Costa Voyager. Les passagers sont accueillis par des grooms. Un rideau s'ouvre devant eux, dévoilant un violoniste, un pianiste et une rangée de cabiniers. Des tentures habillent cet espace d'ordinaire dépouillé, des lustres pendent au dessus des têtes. Les sourires sont de rigueur, l'accueil particulièrement chaleureux. Derrière le rideau, un « hurleur » clame à chaque passage l'identité des nouveaux arrivants, surpris d'entendre prononcer leur nom. Les dames se voient offrir une écharpe de soie. L'étonnement se lit sur les visages de ceux qui partent pour la première fois avec TAAJ Croisières. L'embarquement, théâtral, est à l'image du nouveau produit développé par le voyagiste français, en collaboration avec Costa Croisières. Un produit unique, un voyage maritime dans un monde à part, où la surprise le dispute à la découverte et l'imagination. « L'objectif est de plonger les gens, le temps d'une croisière, dans un monde d'émotion et de rêve. Nous voulons que le produit soit généreux et apporte une multitude de découvertes et bons souvenirs », note Antoine Adam. L'oeil malicieux, le cerveau toujours en effervescence, le fondateur de Taitbout Voyages, devenu TAAJ Croisières en 2010, est un ancien du cinéma. Et c'est dans ces racines, dans son amour de la mise en scène et du spectacle, qu'il a puisé pour imaginer ces croisières et inaugurer une nouvelle route pour le voyage maritime.

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
A l'embarquement (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Tout un concept

Conçues pour un public français, les croisières de TAAJ se distinguent, dès l'embarquement, par une atmosphère spécifique. « Nous décorons le navire à notre manière, avec des tentures, des lustres, des personnages. Nous avons même travaillé sur une bande sonore spéciale, y compris pour les annonces », explique Jean-Marc Naillou, directeur général de TAAJ Croisières. Ainsi, l'atrium est totalement revisité, avec une décoration florale et, en lévitation, les « demoiselles TAAJ », des personnages en papier faisant office de lampes. Près du petit salon installé dans l'atrium, un tableau permet aussi aux passagers de déposer des petites annonces. Au restaurant principal, le Selene (il y a également à bord un buffet avec terrasse extérieure), TAAJ a également apporté sa touche, avec des lustres fixés au plafond, des fleurs et, à l'entrée, différentes statues, dont un couple assis autour d'une table. Sur certains murs, des cadres ont été posés, avec les paroles de différentes chansons. « De petits orchestres font des concerts à différents endroits du navire et, ainsi, les passagers peuvent chanter, même s'ils ne connaissent pas les paroles ». Même chose à l'Anemos, au grand bar panoramique situé en hauteur, sur l'avant du navire. Offrant une superbe vue sur la mer, ce salon sert notamment aux navigations commentées, une spécialité de TAAJ. La guerre dans le canal de Kiel, les pirates à Mykonos, la conquête arabe en franchissant le détroit de Gibraltar... « A différents endroits remarquables de la croisière, nous racontons l'histoire d'un lieu aux passagers, avec toute une mise en scène sonore », précise Antoine Adam. L'Anemos sert aussi de discothèque et, sur chaque bord, les larges coursives donnant accès au salon ont été aménagées en espaces de jeux collectifs, où les passagers peuvent par exemple se retrouver pour des parties de mots fléchés. Et toujours une multitude de petits détails... Ainsi, il y a là deux personnages en papier mâché, juchés sur un socle rond. Doté d'un détecteur d'obstacle, ce socle motorisé fait danser le couple statufié au milieu de la piste !

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Demoiselle TAAJ (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Demoiselle TAAJ (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'entrée du restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'entrée du restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'entrée du restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'entrée du restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le restaurant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le salon panoramique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le salon panoramique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le salon panoramique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le salon panoramique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le salon panoramique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le salon panoramique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A bord du Costa Voyager, TAAJ a également aménagé un salon de navigation, avec des maquettes de bateaux, de grands coffres, des cartes marines... « De 8 h à 20 h, il s'y passe toujours quelque chose. On commence le matin avec des concerts de musique classique, quelque chose de doux pour le réveil. Dans la journée, les animations sont plus liées aux navires, à la mer. Il y a par exemple des films et des conférences. Le commandant vient également dans ce salon pour des causeries avec les passagers, qui apprécient beaucoup ces rencontres ». Beau petit salon très cosy, avec des canapés et fauteuils, l'endroit peut accueillir une quinzaine de personnes mais, si besoin, en poussant les meubles, une quarantaine de passagers peuvent y prendre place. Au détour d'une coursive, on est surpris de trouver une colonne Morris. Un petit côté rétro assez insolite sur un paquebot d'aujourd'hui. Comme autrefois, le programme des spectacles et des animations est, ici, affiché sur ces colonnes. A proximité, un nouveau rideau rouge, façon théâtre, s'ouvre sur la salle de spectacle du navire, où se produisent différents artistes durant la traversée. Doté de 380 places, l'Alexander se transforme également, durant le voyage, en cinéma retro, avec ouvreuses, machine à pop corn et serveuses passant dans les rangs avec leurs paniers remplis d'esquimaux et de friandises.

Le salon de navigation (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le salon de navigation (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Colonne Morris (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Colonne Morris (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Entrée de la salle de spectacle (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Entrée de la salle de spectacle (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La salle de spectacle (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La salle de spectacle (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Spectacles inédits en plein air et en pleine mer

La partie la plus étonnante, au niveau des spectacles, se trouve néanmoins sur l'arrière, où se déploie un vaste pont partiellement couvert donnant sur une terrasse extérieure. En journée, les passagers y profitent de la piscine et peuvent prendre un bain de soleil allongés dans des transats. Mais, en soirée, le lieu est totalement reconfiguré pour devenir une salle de spectacle en plein air. Arborant une étoile jaune, façon cirque, une grande scène, qui recouvre la piscine, fait alors face à 350 sièges. Des artistes s'y produisent en soirée pour différents spectacles et concerts. Et c'est aussi là qu'on peut apprécier les orgues aquatiques, une innovation de TAAJ. Sur un fond musical spécialement adapté, des gerbes d'eau, évoluant avec le tempo et mises en lumière, jaillissent d'un bassin pour un superbe ballet aquatique. « Le bassin contient 25.000 litres d'eau, il y a 32 pompes et 40 projecteurs. L'eau monte jusqu'à 9 mètres de haut, c'est superbe », souligne Jean-Marc Naillou.

Concert de piano en pleine mer (© : YVES CAURETTE)
Concert de piano en pleine mer (© : YVES CAURETTE)

Orgues aquatiques (© : YVES CAURETTE)
Orgues aquatiques (© : YVES CAURETTE)

Certains soirs, un grand écran gonflable de 110 m² est également érigé sur ce pont. Les spectateurs assistent alors à la déclamation d'extraits de poèmes ou de répliques de cinéma, accompagnés au piano. Certains jours, c'est le paysage qui est mis en scène. « Il faut imaginer le navire quittant un port au moment du coucher de soleil. Les gens sont assis face à la poupe et le comandant, fait tourner le bateau sur 360°, offrant un défilé panoramique. Nous l'avons fait à l'île d'Elbe, c'était somptueux, d'autant que ce spectacle naturel était accompagné en chanson par l'un de nos directeurs de croisière, qui est aussi baryton ». Du matin au soir, il est donc impossible de s'ennuyer à bord. D'autant que le bateau compte de nombreux espaces où se détendre, s'amuser, se restaurer, prendre un verre ou faire du sport. Pas étonnant, dans ces circonstances, que le temps manque pour participer à toutes les activités. Et c'est bien l'objectif, confie Antoine Adam : « Il y a tellement de choses à voir et à faire que c'est impossible d'en faire le tour complet en une seule croisière, ce qui donne évidemment envie de revenir ! »

Le pont extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le pont extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le pont extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Terrasses sur l'arrière (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Terrasses sur l'arrière (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Terrasses sur l'arrière (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Terrasses sur l'arrière (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bar extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Bar extérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Terrasse du buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Terrasse du buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le buffet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bar intérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Bar intérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Salle de jeux (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Salle de jeux (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bar intérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Bar intérieur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Spa (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Spa (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Salle de soins (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Salle de soins (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Salle de sport (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Salle de sport (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Salle de sport (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Salle de sport (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Aux petits soins pour les passagers

Pour TAAJ Croisières, l'accueil et l'accompagnement des passagers est fondamental. Le Costa Voyager compte environ 350 membres d'équipage, avec à leur tête un commandant français, Philippe Fichet-Delavault. « C'est très important pour nos passagers français d'avoir un commandant de la même nationalité. Philippe Fichet-Delavault joue, de plus, vraiment le jeu afin que nous puissions développer à fond notre concept. Ainsi, pour l'écran gonflable, il y a des contraintes en navigation, puisqu'il ne faut pas dépasser 17 noeuds de vent. Et bien le commandant se met dans le lit du vent et règle la vitesse du navire de manière à ce que nous puissions déployer l'écran ». En plus de l'équipage, TAAJ compte à bord, pour chaque croisière, une équipe de 30 à 40 accompagnateurs, animateurs et artistes, reconnaissables à leurs vestes ou polos bleus. « L'idée est d'assurer une présence, d'être à l'écoute et aux petits soins pour les passagers. Chaque accompagnateur est attaché à une quinzaine de passagers sur lesquels il va veiller durant la traversée. Le premier soir, il vient se présenter lorsque les gens sont à table, au restaurant. Il est à leur service, les conseille, répond à leurs questions, et leur propose même de faire des activités avec eux. Il peut les accompagner en escale, leur montrer comment jouer au casino... Nous considérons vraiment les passagers comme des invités. Nous cherchons à obtenir une ambiance chaleureuse et à faire se rencontrer les gens », souligne Antoine Adam. On notera aussi que l'équipe de TAAJ est formée, avec le personnel du navire, pour les situations d'urgence. En cas de problème, les accompagnateurs pourraient donc participer à l'encadrement des passagers, en évitant notamment les problèmes liés à la barrière de la langue. Des dizaines de nationalités sont en effet présentes au sein de l'équipage. Toutefois, les personnels reçoivent des cours de Français et, comme ils sont nombreux à travailler régulièrement sur les croisières TAAJ, la langue est pour beaucoup de mieux en mieux maîtrisée.

(© : SYLVAIN RENAULT)
(© : SYLVAIN RENAULT)

« Une grosse partie de la valeur ajoutée, c'est le personnel »

« Une grosse partie de la valeur ajoutée, c'est le personnel. Et, ici, il est assez incroyable », explique Jean-Marie Chevret. Travaillant sur les paquebots depuis de longues années, le directeur de croisière est là tel un chef d'orchestre, pour veiller au bien-être des passagers. Un personnage qui ne passe pas inaperçu, avec sa bonne humeur, sa verve et son franc parlé. « Nous allons bien au-delà d'un service hôtelier, c'est du coconnage, et ça rassure les passagers. Les accompagnateurs sont vraiment des accompagnateurs. Cela veut dire qu'ils connaissent les gens et, par exemple lors d'une excursion, vont pouvoir rappeler à une dame de prendre ses cachets, garder son sac et savoir dans quelle boutique la trouver si le temps presse ». Jean-Marie Chevret voit les croisières TAAJ comme une grande maison de vacances familiale : « Les passagers sont chez eux, c'est une sorte de grande famille, avec beaucoup de gens qui reviennent régulièrement, se connaissent entre eux et nous connaissent ». Le directeur de croisière, qui a travaillé 14 ans sur le Mermoz, le mythique navire de la défunte compagnie Paquet, ose le comparatif : « Le talent de TAAJ est d'avoir amené la même qualité de service que Paquet sur des croisières abordables. Mais attention, nous ne sommes pas une machine à remonter le temps. Ici, il y a des spectacles rétro mais aussi de véritables innovations, le tout, dans une excellente ambiance, grâce à l'implication et à la bonne humeur du personnel ». Et à la question de savoir pourquoi le personnel est ainsi, Jean-Marie Chevret répond sans détour, comme à son habitude : « Avant même d'aller chercher les passagers, on essaye d'avoir une équipe qui s'amuse dans ce qu'elle fait. Car, si on avait à bord des guichetiers austères, ça ne le ferait pas ! »

Le Costa Allegra (© : COSTA CROISIERES)
Le Costa Allegra (© : COSTA CROISIERES)

Du Costa Allegra au Costa Voyager

Normalement, TAAJ devait se réinstaller cette année sur le Costa Allegra, qui avait inauguré le concept en 2011. Mais le navire a été victime d'un incendie dans la salle des générateurs le 27 février, le rendant indisponible. Au pied levé, alors que les croisières de TAAJ débutaient le 18 mars, il a fallu trouver une solution de secours. « Nous avons appris le lundi que l'Allegra avait eu un accident et le lendemain qu'il ne serait pas réparable à temps. Notre partenaire, Costa Croisières, a été exemplaire. Ils ont fait face à leurs responsabilités et, en 24 heures, ont trouvé un nouveau bateau », souligne Antoine Adam. Le Costa Voyager, qui devait passer l'année en mer Rouge, a donc abandonné sa programmation initiale pour permettre à TAAJ d'assurer sa saison. L'affaire n'était pourtant pas simple puisqu'au-delà du simple navire, le concept du voyagiste français nécessite d'importants aménagements. « L'installation de nos équipements et de notre décoration ne pose pas de problème mais il fallait régler une multitude de petits détails techniques. Les cotes ne sont notamment pas les mêmes entre l'Allegra et le Voyager. Il y a, par exemple, des différences au niveau des attaches des lustres. Nous devions aussi vérifier qu'il y avait bien des arrivées d'eau pour le remplissage du bassin des orgues aquatiques, ou encore des connexions pour l'écran gonflable. Il a fallu penser à tout ! », précise Jean-Marc Naillou. Le tout en moins de 10 jours ! TAAJ a donc dépêché dès le début du mois de mars une équipe d'une trentaine de techniciens à Charm El Sheikh, en Egypte, où se trouvait le Voyager, qui est rentré à Marseille à vitesse maximale, soit 25 noeuds. Là, une centaine de personnes attendaient le navire pour la mise en place, qui fut terminée à temps pour l'accueil des premiers passagers. Et ce n'est pas tout puisque, dans le même temps, le bureau parisien s'est mis en ordre de bataille pour prévenir et rassurer les partenaires et les clients, tout en élaborant de nouveaux documents et la brochure correspondante. L'ensemble a constitué un beau tour de force.

A bord du Costa Allegra l'an dernier (© : YVES CAURETTE)
A bord du Costa Allegra l'an dernier (© : YVES CAURETTE)

14.000 passagers attendus cette année

C'est donc particulièrement satisfaite que TAAJ Croisières voit le nouveau navire débuter la saison. Certes, il y avait un attachement à l'Allegra, un petit paquebot plein de charme sur lequel Antoine Adam et son équipe ont bien travaillé. Mais le Voyager est de même gabarit et c'est aussi un navire agréable. Construit en 2000 par le chantier allemand Blohm + Voss de Hambourg, le bateau mesure 180 mètres de long pour 26 mètres de large. Affichant une jauge de 24.400 tonneaux, il dispose de 416 cabines (927 passagers maximum), 3 restaurants, 4 bars, une discothèque, un casino, une piscine, des bains à remous offrant à la poupe une superbe vue sur la mer, ainsi qu'un Spa et une salle de fitness. Le déploiement du concept TAAJ sur le Voyager semble en tous cas très bien fonctionner. Pour s'en convaincre, il suffit de jeter un oeil au livre d'or sur lequel ont écrit les passagers des premières croisières. On y évoque « des souvenirs inoubliables », « une traversée magique », « un séjour formidable », tout en mettant l'accent sur la « convivialité », la « chaleur », la « bonne humeur », l' « humour », la « gentillesse », et le côté « attentionné » de l'ambiance et des personnels.
Fort de ce nouveau départ, TAAJ Croisières compte poursuivre son développement. Alors que 14.000 passagers sont attendus cette année pour un total de 21 traversées en Méditerranée et en Europe du Nord, l'objectif est d'atteindre 20.000 croisiéristes d'ici 2014. Et, d'ici là, Antoine Adam promet des nouveautés. Il est notamment question de développer le concept sur des excursions à terre, où les passagers seraient accueillis par les habitants pour une grande fête au village.

(© : YVES CAURETTE)
(© : YVES CAURETTE)

TAAJ Croisières