Défense
Temps de travail à DCNS : La direction dénonce l’accord d’entreprise

Fil info

Temps de travail à DCNS : La direction dénonce l’accord d’entreprise

Défense

Depuis un an, DCNS conduit avec les partenaires sociaux des négociations dans le cadre d’un accord global de performance destiné à améliorer la compétitivité du Groupe face à une concurrence mondiale croissante. Après avoir conclu deux accords (adaptation de l’emploi et soutien à la compétitivité), il était prévu que des négociations s’engagent sur l’organisation du temps de travail (OTT), ce qui n’a pas été possible jusqu’alors. La direction de DCNS doit donc dénoncer l’accord d’entreprise datant de 2004 pour permettre la reprise du dialogue dans un nouveau cadre. Les gains pourront être investis dans les compétences et l’outil de production.

La mise en oeuvre du plan de progrès et les accords d’adaptation de l’emploi et de soutien à la compétitivité engagés avec succès ont commencé à porter leurs fruits. Des efforts de compétitivité restent cependant à accomplir.

Les discussions porteront sur les seules problématiques d’organisation du temps de travail collectif efficace, la plupart des autres dispositions structurantes de l’accord d’entreprise étant reconduites en l’état.

Une harmonisation des horaires et des conditions de travail

Les gains de compétitivité visés au titre de cette négociation de d’organisation du temps de travail proviendront d’une augmentation moyenne du temps de travail collectif efficace de 20 minutes par jour, toujours dans le cadre des 7h30 quotidiennes (soit 35 heures hebdomadaires en tenant compte des JRTT). Les cadres seront également sollicités pour augmenter le nombre de jours travaillés, avec des compensations à définir.

Ces mesures doivent se traduire par un gain annuel de l’ordre de trente millions d’euros environ avec, en contrepartie, la perspective de réinvestir, dès 2017, dans une augmentation sensible des recrutements dans les emplois directs de production (en privilégiant les ouvriers et techniciens) et dans l’accélération de la modernisation de notre outil industriel.

Les autres éléments structurants de l’accord d’entreprise (application de la convention collective de la métallurgie de la région parisienne, couverture sociale, régime des déplacements, droits syndicaux, minima de salaires DCNS liés à la classification, ….) seront reconduits.

Fort de sa tradition de dialogue social et conscient des défis industriels auxquels il est confronté, DCNS est confiant dans sa capacité à parvenir, par la négociation, à un nouvel accord pour l’avenir de l’entreprise et pour ses salariés.

Communiqué de DCNS, 15/11/16

 

 

Naval Group | Actualité industrie navale de défense