Marine Marchande
Tensions sociales parmi les navigants de Brittany Ferries

Actualité

Tensions sociales parmi les navigants de Brittany Ferries

Marine Marchande

Les tensions sont vives depuis le comité d’entreprise extraordinaire du 29 décembre chez Brittany Ferries. Celui-ci devait acter une nouvelle organisation du temps de travail des navigants, qui occupait les partenaires sociaux depuis plus de trois ans. Elle prévoit notamment un changement des rythmes d’embarquement (passage du 7/7 à un rythme 4 jours en mer/ 3 à terre) et l’augmentation du temps de travail quotidien d’une demi-heure. L’accord a été signé pour l’ensemble des catégories professionnelles embarquées sauf pour le secteur conduite (matelots et mécaniciens).

En l’absence d’accord pour cette catégorie, la direction avait alors annoncé l’application de l’accord de branche à compter du 1er janvier. Elle a également expliqué qu’en cas de non-application de cette nouvelle organisation du temps de travail, elle passerait, pour des raisons financières, le Normandie Express sous pavillon britannique.

Une opposition entre les syndicats et les salariés

Une position décriée par les syndicats CFDT et CGT qui ont alors annoncé leur volonté de lancer une action judiciaire devant le tribunal administratif de Rennes à l’encontre de cette décision de la direction. L’annonce de ce recours judiciaire a provoqué des remous parmi les salariés, dont une soixantaine ont manifesté au Havre et plus de 1000 ont signé une pétition pour signifier leur opposition au choix des syndicats.

La CFDT a donc annoncé hier, après consultation de ses adhérents, qu’elle souhaitait apaiser le débat et organiser la consultation par vote individuel de l’ensemble des membres du service concerné. Le syndicat demande, par ailleurs, à la direction de Brittany Ferries de s’engager sur le maintien du pavillon français pour le Normandie Express en cas de signature de l’accord.

Brittany Ferries | Actualité de la compagnie maritime bretonne