Défense
« Terminé barre et machine » pour le Georges Leygues

Actualité

« Terminé barre et machine » pour le Georges Leygues

Défense

C’est avec les honneurs que la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues est rentrée à Brest, le 30 juillet, à l’issue d’une ultime mission avant son retrait du service actif. Pour ce dernier déploiement, elle a accompagné le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc. Pendant cinq mois, la frégate et le BPC ont sillonné la Méditerranée, la mer Rouge et l’océan Indien, poussant jusqu’en Asie. Une flottille chargée de mener à bien le stage d’application à la mer de 133 officiers élèves français et étrangers, tout en menant différentes opérations, comme la lutte contre la piraterie au large de la corne d’Afrique dans le cadre d’Atalante. Avec à bord du BPC un groupe tactique embarqué et un détachement d’hélicoptères de l’armée de Terre.

Voué en plus de ses fonctions opérationnelles à la formation des jeunes officiers depuis 14 ans,  le Georges Leygues a, à ce titre, d’abord servi de conserve à l’ancien bâtiment école Jeanne d’Arc, de 1999 à 2009, avant d’accompagner chaque année le BPC affecté à la mission Jeanne d’Arc, prenant la relève des campagnes d’application à la mer de l’ex-porte-hélicoptères, retiré du service en 2010. La frégate a, ainsi, escorté le Tonnerre en 2010, puis le Mistral en 2011, le Dixmude en 2012 et de nouveau le Tonnerre cette année.

 

 

Le Georges Leygues et le BPC Mistral, en 2011 (© : MARINE NATIONALE)

Le Georges Leygues et le BPC Mistral, en 2011 (© : MARINE NATIONALE)

 

 

Tête de série des corvettes du type C70

 

 

Avant de débuter cette fin de vie en tant que conserve, rôle qui devrait être repris, à l'avenir, par une frégate du type La Fayette, le Georges Leygues fut l’un des fers de lance de la lutte anti-sous-marine française. Mis sur cale à Brest en septembre 1974 et admis au service actif en décembre 1979,  le D 640 est la tête de série des frégates du type F70, à l’origine C70 puisque ces bâtiments avaient été initialement appelés corvettes. Version évoluée et améliorée de l’Aconit (du type C65, mise en service en 1970, désarmée en 1997 et restée seule de sa catégorie) et plus compacte que les C67/F67 (Tourville, Duguay-Trouin, De Grasse, entrées en service entre 1974 et 1977

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française