Défense
Terrorisme : Quand le Suffren et la Rance font barrage au porte-avions Charles de Gaulle

Actualité

Terrorisme : Quand le Suffren et la Rance font barrage au porte-avions Charles de Gaulle

Défense

Afin de protéger le porte-avions Charles de Gaulle, immobilisé à Toulon pendant plus d'un an pour son premier grand carénage, la Marine nationale a trouvé une utilité à deux de ses anciens navires. Les coques de l'ex-frégate Suffren et du bâtiment de soutien santé Rance ont été disposées devant l'entrée du bassin où le porte-avions nucléaire est entré le 31 juillet. La Rance a été amarrée contre le bateau-porte et le Suffren à quelques dizaines de mètres sur l'avant, l'ensemble étant ceinturé par un barrage flottant. Cette disposition permet d'assurer une double-protection du navire amiral français contre les curieux et, surtout, contre une éventuelle attaque terroriste venant de la mer.
Quatrième unité d'une série de cinq bâtiments de soutien mobiles construits à Lorient, la Rance a été livrée en 1966 et désarmée en 1997. Ce navire était spécialisé dans le soutien santé, avec un bloc chirurgical et un hôpital embarqué. Sistership du Duquesne, retiré du service opérationnel en juin, la frégate lance-missiles Suffren a, quant à elle, cessé son activité en 2001, après 34 ans de service. Le Forbin, qui prendra sa relève, est attendue à Toulon l'année prochaine. La frégate de Défense aérienne, dont la mise au point a pris 18 mois de retard, doit mener une nouvelle campagne d'essais en mer à l'automne.
__________________________________________

- Voir la gallerie photos

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française