Divers
Texas et Louisiane : Rita laisse des milliards de dollars de dégâts

Actualité

Texas et Louisiane : Rita laisse des milliards de dollars de dégâts

Divers

Si on ne déplore pour le moment qu’une seule victime après le passage de Rita, l’ouragan, qui s’est révélé moins puissant que prévu, laisse quand même derrière lui des scènes de dévastation et d’importants dégâts. Par chance, les grandes villes de Houston et de la Nouvelle-Orléans ont évité le cœur de la tempête qui a touché le littoral samedi matin, après avoir infléchi sa trajectoire au cours de la nuit. Il n’empêche, les fortes pluies rencontrées sur les abords du cyclone ont entraîné des ruptures de digues à la Nouvelle-Orléans. Ces édifices, fragilisés ou fraîchement colmatés après le passage de Katrina le 29 août, n’ont pas résisté à la montée des eaux. Plusieurs quartiers, déjà inondés il y a un mois, ont donc été de nouveau submergés. Poussée par des vents violents, une vague de plus de quatre mètres de haut a par ailleurs noyé le sud de l’état. Les communautés francophones cajun ont été particulièrement touchées et l’eau monte parfois jusqu’au toit des maisons dans les localités de Dulac et d’Abbeville.

Galvestone : Cauchemar doublé d’un miracle

Au Texas, la ville côtière de Galvestone, rayée de la carte par un cyclone au début du siècle dernier, a été miraculeusement épargnée par un raz de marée. Durant toute la nuit de vendredi à samedi, des rafales à près de 200 Km/h ont balayé l’île lagunaire. Par chance, les vents étaient orientés à l’est, repoussant du même coup les murs d’eau qui menaçaient de déferler sur la ville. Plusieurs immeubles se sont toutefois effondrés ou ont été la proie des flammes, mais le pire a finalement été évité.
Houston, vidée en fin de semaine de ses habitants s’en sort également avec tout juste quelques inondations à signaler. Rita, qui a faibli au fil de sa progression vers les terres, a touché la côte au nord de la grande ville texane, au niveau de Beaumont et Port Arthur. Dans la région, les dégâts sont cette fois considérables. L’eau a submergé la bande côtière et plusieurs immeubles ont été détruits. La grande raffinerie de Port Arthur a été touchée mais les autres grands centres pétroliers s’en sortent à peu près indemnes. Les autorités estiment qu’ils fonctionneront normalement d’ici à une semaine. Selon le gouverneur du Texas, le coût des dégâts dans l’état s’élève pour le moment à 8 milliards de dollars.

Sur les routes par centaines de milliers

A l’heure actuelle, l’urgence, au-delà de l’évacuation des zones inondées, reste le rétablissement de l’électricité. Cette nuit, près de deux millions de personnes restaient privées de courant dans les états du sud. Autre gros problème, les évacués de la semaine dernière, près de trois millions d'habitants, dont un million à Houston, souhaitent désormais rentrer chez eux. Pour éviter que ne se répètent les embouteillages monstres qu’a connu l’état pendant l'exode précédent l'arrivée de l’ouragan, les autorités demandent aux habitants de différer leur retour et ont prévu un échelonnement des arrivées sur les trois prochains jours.
Tirant les leçons des ratés apparus lors du passage de Katrina, George W. Bush, qui s’est rendu hier sur la base de San Antonio (Texas) s'est interrogé sur la possibilité d'établir un plan national de coordination des secours sous la houlette du Pentagone. En clair, mettre l’armée en première ligne pour faire face aux catastrophes naturelles. Depuis le début de la saison, 17 tempêtes tropicales ont été recensées dans les caraïbes et six d’entre elles, dont Rita se sont transformées en ouragans. Du jamais vu depuis les années 30.