Défense
Thales : Nouveau contrat pour les sonars des futurs SNLE français

Actualité

Thales : Nouveau contrat pour les sonars des futurs SNLE français

Défense

Après celui portant sur le développement d’une antenne linéaire remorquée à technologie optique (ALRO) en 2016, Thales s’est vu notifié par la Direction générale de l’armement un contrat portant sur la préparation du système sonar des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français de 3ème génération (SLNE 3G). D’une durée de 42 mois, ce marché couvre un ensemble d’études et de développements technologiques liés à l’élaboration de cette capacité critique des futurs bâtiments, qui assureront la succession des SNLE du type Le Triomphant et sur lesquels reposera l'essentiel de la dissuasion française. « Ces développements, qui tiennent compte des menaces présentes et de leur évolution future, amèneront Thales à achever la conception et la qualification d’un très large système antennaire et des capacités de traitement associées, rendues possibles par les avancées algorithmiques et la révolution digitale », explique le groupe français.

Ce dernier précise que « ce nouveau programme de R&D, qui s’appuie sur le résultat d’études lancées lors des deux précédentes lois de programmation militaire, permettra d’achever la validation des antennes de flanc de 4ème génération, de développer un nouvel intercepteur sonar, les algorithmes de traitement d’antenne adaptatif et de classification de dernière génération et un concept innovant d’antenne d’étrave ».

C’est en 2020 que la construction du premier des quatre SNLE 3G devrait débuter sur le site Naval Group de Cherbourg. Son admission au service actif doit intervenir au début des années 2030. Ce bâtiment et ses trois sisterships permettront de remplacer Le Triomphant (1996), Le Téméraire (1999), Le Vigilant (2004) et Le Terrible (2010), unités de 138 mètres et 14.300 tonnes de déplacement en plongée capables de mettre en œuvre 16 missiles balistiques intercontinentaux M51.

Leurs successeurs, dont les caractéristiques précises ne sont pas encore connues, devraient normalement avoir un gabarit voisin et une capacité de frappe équivalente, avec de nouvelles évolutions du M51 et des têtes nucléaires qu’ils embarquent. Les futurs sous-marins bénéficieront évidemment de tous les progrès technologiques réalisés ou en développement, en particulier dans les domaines de la digitalisation, de la discrétion, des senseurs et de l’armement.

 

Thales