Divers
Thales : Porté par la bourse, chahuté par la justice

Actualité

Thales : Porté par la bourse, chahuté par la justice

Divers

Habituellement très discret, Thales a été placé sous les projecteurs hier. Tout d’abord, à la bourse de Paris où le groupe d’électronique de défense s’est illustré en milieu de journée avec une forte progression de son titre. En cause, les déclarations du co-président d’EADS qui ont relancé les spéculations autour du rapprochement des deux groupes. Dans les colonnes du Figaro, Noël Forgeard indiquait que « le rééquilibrage du portefeuille d’activités d’EADS en faveur de la défense constitue une priorité », tout en ajoutant : « Thales est un sujet de réflexion, de discussions et de rencontres comme d'autres en Europe ». Il n’en fallait pas plus pour attirer un flot d’acheteurs sur le titre, qui progressait de 3% en milieu de séance, avant de retomber à 1,1%. Le marché attend maintenant des clarifications quant aux intentions du géant européen de l’aéronautique mais la très belle performance de la mi-journée montre une belle confiance dans le potentiel et les résultats de Thales.

Enquête préliminaire sur d’éventuelles malversations

Alors que le groupe caracolait en tête des hausses du CAC 40, le parquet de Paris confirmait une information du journal Le Monde (*) selon laquelle le groupe français faisait l’objet d’une enquête préliminaire sur d’éventuelles malversations. Selon le quotidien du soir, cette procédure, ouverte le 13 juillet, vise à vérifier d’éventuels faits de corruption en marge de marchés publics réalisés en France et à l’étranger. L’enquête a été confiée à la Division nationale des affaires financières (DNIF). Les filiales visées par ces investigations n'ont toutefois rien à voir avec le secteur naval.

En plein essor

Fleuron hexagonal de l’électronique de défense, Thales a réalisé un chiffre d’affaire de 4,74 milliards d’euros au premier semestre, en hausse de 3,8% par rapport à la même période de l’année dernière. Le pôle naval a toutefois enregistré un repli de 1% au cours des six premiers mois de 2005, avec un chiffre d’affaire s’établissant à 831 millions d’euros. Le groupe expliquait en août dans un communiqué que cette décroissance "tient compte de la baisse, prévue, des facturations enregistrées sur plusieurs grands programmes en voie d'achèvement, dont celui des frégates Sawari 2 pour l'Arabie Saoudite, le programme de corvettes SANPC en Afrique du Sud et celui des bâtiments de projection et de commandement BPC en France". Parmi les grands programmes navals auxquels travaille actuellement Thales, on retiendra les trois porte-avions franco-britanniques et les sous-marins Scorpène, dont six ont été vendus à l’Inde et quatre au Chili et à la Malaisie. Un rapprochement avec DCN, leader européen du naval militaire était annoncé pour la rentrée.

(*) Voir l'article du Monde (14/09/05)