Défense
Thales semble bien parti pour vendre son RAPIDFire à la marine française
ABONNÉS

Actualité

Thales semble bien parti pour vendre son RAPIDFire à la marine française

Défense

La Direction Générale de l’Armement doit prochainement décider du nouveau système d’artillerie de moyen calibre qui équipera les futures unités de la Marine nationale. Cela mettra un terme à une bataille qui se livrent depuis plusieurs mois les industriels concernant l’amélioration de l’autoprotection des unités françaises, et en particulier les armements qui équiperont les quatre futurs bâtiments ravitailleurs de forces (BRF) et les dix nouveaux patrouilleurs océaniques (PO), livrables entre 2023 et 2029.

Pour l’heure, il semble que Thales soit bien positionné pour l’emporter avec le RAPIDFire naval, bien que ce système n’existe pas encore en l’état et représenterait sans doute un investissement plus important que d’autres solutions en raison des coûts de développement qui restent à assumer. Il est pour mémoire le fruit s’un rapprochement de Thales et de Nexter, qui basent leur offre sur une adaptation du RAPIDFire développ

Thales | Actualité maritime du géant de l'électronique Nexter | Toute l'actualité navale du groupe français de défense Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française