Pêche

Actualité

Thon rouge : La filière française soupçonnée de fraude

Pêche

Branle-bas de combat pour les pêcheurs au thon rouge. La filière est actuellement visée par trois enquêtes, révèle cette semaine Le Marin. Selon l'hebdomadaire, le secteur est soupçonné de « dépassement de quotas, vente sous de fausses appellations et blanchiment de captures ». L'Union européenne réclame des comptes à la France, qui aurait pêché en 2007 le double de son quota de thon rouge, soit 10.108 tonnes au lieu de 5593 tonnes. La direction des pêches a demandé l'ouverture d'une enquête administrative sur les pratiques des professionnels. Certains auraient, en effet, accepté de déclarer sur les quotas français des captures réalisées par des bateaux étrangers, le tout contre rétribution. Selon le directeur des pêches, cette fraude « pourrait dépasser le millier de tonnes ». Enfin, Le Marin révèle que les senneurs méditerranéens ne sont pas les seuls concernés, des soupçons de fraude pesant également sur les criées et les flottilles opérant en Atlantique. Dans certains cas, le thon aurait été écoulé sous une autre appellation. Ainsi, dans un port breton, selon une enquête de la Gendarmerie évoquée par le journal, le thon rouge se serait transformé, sur les factures, en « chinchard à queue jaune ».
Ces différentes affaires tombent au plus mal pour la France, qui a stoppé cet été la pêche au thon rouge en Méditerranée, l'espèce étant considérée comme menacée. Le trop pêché pouvant être déduis du quota 2008, les pêcheurs français pourrait bien, si les dépassements se confirment, rester à quai l'an prochain.
____________________________________________

- L'intégralité de l'enquête est à lire dans les colonnes du Marin