Défense
ABONNÉS

Reportage

Tiger Meet : Landivisiau accueille les Tigres de l’OTAN

Défense

Cap aujourd'hui sur la base d’aéronautique navale de Landivisiau, dans le Finistère, qui accueille du 5 au 16 juin la 53ème édition du Tiger Meet, célèbre exercice réunissant les escadrons de l’OTAN ayant un tigre pour emblème. La flottille 11F de la Marine nationale appartient à cette communauté. Même si son blason est frappé d’un hippocampe, cette formation est en effet détentrice des traditions de l'ancien porte-avions Clemenceau, le « Tigre », désarmé en 1997. C’est la deuxième fois en 10 ans que la 11F organise le Tiger Meet et, cette fois, elle y participe avec des Rafale Marine, qui ont succédé à ses anciens Super Etendard Modernisés (SEM). 

 

 

Landivisiau à l'heure du Tiger Meet 2017 (© MICHEL FLOCH)

 

 

F-16 belge (© MICHEL FLOCH)

 

Des unités provenant de 12 nations alliées participent cette année au Tiger Meet, avec en tout 24 escadrons et une soixantaine d'aéronefs, mis en oeuvre que 800 pilotes et techniciens. Au-delà des traditionnelles livrées tigrées dont sont parés certains appareils pour cet évènement, cet exercice tactique de haut niveau est devenu un rendez-vous incontournable pour l’aviation de combat. « Son objectif est de faire s’entraîner ensemble des pilotes de nationalités différentes lors d’exercices complexes, indispensables à toute coopération et interopérabilité entre nations en opérations sur le terrain. En effet, le succès des engagements extérieurs repose, en partie, sur la capacité à opérer ensemble et à s’intégrer rapidement dans une coalition. Durant 15 jours de missions, plus de 800 exercices et 1200 heures de vol vont mettre en oeuvre des situations tactiques d’une très grande complexité », explique la Marine nationale.

Cette année, Bretagne et aéronautique navale obligent, la 11F a axé la moitié des scénarii de missions sur son environnement privilégié : la mer. En plus des avions et hélicoptères engagés directement dans le Tiger Meet, d’autres moyens, comme la frégate multi-missions (FREMM) Aquitaine de la Force d’action navale, le destroyer britannique HMS Duncan ou encore une batterie de défense aérienne Mamba (SAMP/T) de l’armée de l’Air, ont été mobilisés.

 

 

Rafale Marine (© MICHEL FLOCH)

Rafale Air de l'escadron 3.30 Lorraine (© MICHEL FLOCH)

 

 

Gripen tchèques (© MICHEL FLOCH)

Gripen tchèque (© MICHEL FLOCH)

 

 

(© MICHEL FLOCH)

Système SAMP/T Mamba (© MICHEL FLOCH)

Marine nationale