Marine Marchande
TK Bremen : Le pompage débute, la région Bretagne porte plainte

Actualité

TK Bremen : Le pompage débute, la région Bretagne porte plainte

Marine Marchande

Les opérations de pompage du vraquier TK Bremen, qui s'est échoué le 16 décembre sur une plage d'Erdeven, dans le Morbihan, ont débuté. Il s'agit d'évacuer les soutes à combustible du navire, qui embarquait au moment de l'accident 190 tonnes de fuel et 40 tonnes de gasoil. Les opérations ont été confiées à la société néerlandaise Smit Salvage. Au moins une soute ayant été endommagée durant l'échouement, des hydrocarbures se sont échappés du TK Bremen, souillant la plage, mais parvenant également à pénétrer dans la Ria d'Etel, située à quelques kilomètres de là. Afin d'éviter la propagation de la pollution, des barrages flottants ont été dressés. Il s'agit, notamment, de protéger les fermes ostréicoles (une cinquantaine sont répertoriées dans la Ria), plusieurs d'entre-elles ayant été touchées par la pollution, qui intervient au pire moment : celui des fêtes de fin d'année. Bien que ne pouvant être comparée à une marée noire, la pollution n'en demeure pas moins catastrophique pour le secteur. Outre l'impact pour la production d'huitres, le carburant échappé des cuves du TK Bremen est aussi dangereux pour les limicoles. Plusieurs oiseaux touchés par le pétrole ont, d'ailleurs, été pris en charge par le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Languidic. Il conviendra également de voir ce qu'adviendra le vraquier. Gravement endommagé par son échouement, le navire pourrait voir sa structure se détériorer un peu plus d'ici la fin du mois, sous l'assaut des vagues poussées par des marées plus importantes. Les jours qui viennent seront déterminants quant au sort du TK Bremen, qui risque fort de ne pouvoir être remis à flot. Construit en 1982, le vieux bateau sera probablement déclaré irrécupérable et démantelé sur place, une opération très lourde qui devrait prendre, au bas mot, plusieurs mois.

Le TK Bremen échoué à Erdeven (© : MER ET MARINE - FRANCOIS LEPAGE)
Le TK Bremen échoué à Erdeven (© : MER ET MARINE - FRANCOIS LEPAGE)

Face à cette situation, la région Bretagne a porté plainte et s'est constituée partie civile, le 19 décembre, devant le tribunal de grande instance de Brest. Le Conseil régional, et son président, Jean-Yves Le Drian, entendent ainsi « connaître les conditions dans lesquelles ce naufrage s'est produit mais aussi rappeler, après le combat judiciaire de l'Erika, la nécessaire prise en compte du préjudice écologique et d'atteinte au patrimoine naturel et faire savoir que la Bretagne ne laissera plus rien passer concernant la pollution maritime ». Dans le même temps, le Bureau Enquêtes Accidents de mer (BEAmer) a été chargé de mener des investigations afin de connaître les causes exactes de l'accident. Alors que plusieurs manifestations se sont déroulées auprès du TK Bremen, l'opinion publique a, en tous cas, bien du mal à comprendre pourquoi le navire n'est pas resté à l'abri dans le port de Lorient mais a préféré prendre la mer et, ainsi, affronter une tempête annoncée comme très violente. Juridiquement parlant, l'autorité portuaire n'était pas en mesure d'empêcher le départ du vraquier, pas plus d'ailleurs que la préfecture maritime. C'est pourquoi certains élus et associations réclament des mesures. « Le TK Bremen devait-il impérativement quitter le port de Lorient (afin d'économiser quelques euros de droits de quai) par de telles conditions météorologiques prévues depuis plus de 48 heures ? Les autorités portuaires devraient avoir le pouvoir d'empêcher les appareillages lors de telles conditions météorologiques », estime ainsi l'association Mor Glaz. Le débat, qui s'annonce déjà passionné, est maintenant ouvert...

Pollution en mer et accidents