Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Actualité

TLV-TVM réceptionne la Méditerranée XIV et planche déjà sur une nouvelle vedette

Construction Navale
Marine Marchande

Construite par le chantier Transmetal Industrie de Saint-Mandrier, d'où elle était sortie la veille, la Méditerranée XIV a été mise à l’eau mercredi 14 février. Destinée à la desserte des îles d’Hyères, la nouvelle vedette de l’armement TLV-TVM a rejoint le chantier du groupe familial (SNRTM) à Brégaillon, tractée par le remorqueur Toulonnais XVII, appartenant lui aussi à la Société Nouvelle de Remorquage et de Transport Maritime. « Le bateau est au chantier pour les travaux de finition puis le démarrage des installations, notamment les moteurs. Nous conduirons ensuite les essais en mer et la prise en main par l’équipage, en vue d’une mise en service début avril », explique Michèle Vincent, directrice de TLV-TVM.

 

 

La Méditeranée XIV remorquée par le Toulonnais XVII jusqu'à Brégaillon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

La Méditeranée XIV remorquée par le Toulonnais XVII jusqu'à Brégaillon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE) 

 

L’Amour des Iles XIV partie à La Rochelle

Représentant un investissement d’un peu plus de 3 millions d’euros, la Méditerranée XIV succède à l’Amour des Iles XIV. Celle-ci a été vendue à la compagnie charentaise Croisières Inter-îles et a quitté le Var début février pour rejoindre La Rochelle par ses propres moyens. « La nouvelle vedette est conçue pour s'adapter aux ports que nous desservons et nous permet d’offrir un navire plus performant, plus confortable et capable de transporter plus de passagers et de marchandises ».

Jusqu’à 176 passagers et 15 à 18 tonnes de fret

Imaginée par le bureau d’architecture Mer & Design, la Méditerranée XIV, entièrement réalisée en aluminium, mesure 25.98 mètres de long pour 7.2 mètres de large et présente un tirant d’eau en charge de 1.26 mètre. Exploitée dans le cadre d’une délégation de service public (DSP) pour la desserte depuis Hyères de Port Cros et l’île du Levant, la nouvelle vedette pourra transporter jusqu’à 176 passagers et 15 tonnes de fret, ou 136 passagers et 18 tonnes de marchandises.

 

 

Le solaire pour les besoins électriques à quai

Equipée de deux lignes d’arbres classiques et deux propulseurs sur l’avant afin de faciliter les manœuvres portuaires, la Méditerranée XIV pourra atteindre 20 nœuds grâce à ses deux moteurs diesels Baudouin de 375 kW chacun. La vedette dispose également de 16 m² de panneaux solaires. « Ils nous permettront d’arrêter les groupes électrogènes lorsque le bateau sera à quai. Pendant ces périodes, les panneaux photovoltaïques vont en effet alimenter tous les systèmes électriques du bord, l’électronique comme l’éclairage, ainsi que des services aux passagers comme la possibilité de recharger son smartphone », détaille Michèle Vincent. Celà, sans aucune émission polluante, ce qui est une avancée pour un bateau exploité dans une zone protégée.

 

 

Une nouvelle unité espérée dans d’ici 3 ans

A ce propos, l’intégration d’une propulsion plus vertueuse a été envisagée mais, pour le moment, l’idée n’a pas été retenue. « Les traversées sont longues, 45 minutes pour Port Cros et une heure pour l’île du Levant, et se déroulent parfois dans des conditions qui ne sont pas faciles, surtout en hiver. Nous avons donc besoin de bateaux robustes et pour le moment, nous avons estimé que les propulsions hybrides n’étaient pas suffisamment fiables. Mais nous y travaillons avec notre architecte Mer & Design car les progrès technologiques sont rapides et nous pensons que cette solution sera sans doute plus mûre dans les années qui viennent ». Car la compagnie travaille déjà sur la poursuite du renouvellement de sa flotte. « Nous avons en projet un second navire de ce type là, mais qui serait uniquement dédié aux passagers ». Avant de passer commande, TLV-TVM va d’abord éprouver la Méditerranée XIV et continuer de travailler avec son architecte pour décider ou non d’intégrer une propulsion hybride. Son objectif est de disposer de cette nouvelle unité sous « 2 à 3 ans ». Le nouveau navire sera probablement amené à remplacer le catamaran Amour des Iles XVI.

 

Michèle Vincent, directrice générale de 

Michèle Vincent, directrice générale de TLV-TVM (© : SIMON VINCENT) 

 

Une flotte de 15 bateaux et un lien vital pour les îles

Employant 36 salariés (ETP) à l’année jusqu’à 70 personnes en saison, TLV-TVM, qui arme aujourd’hui 12 vedettes et 3 fréteurs, a assuré en 2017 presque 600 rotations entre Hyères et les îles d’Or. Le trafic a représenté 26.953 passagers et 251 tonnes de fret vers Port Cros, 2695 passagers et 398 tonnes vers la partie civile de l’île du Levant, qui accueille également un centre d’essais de missiles de la Direction Générale de l’Armement (celle-ci assure avec la marine ses propres liaisons logistiques). « Notre mission, dans le cadre de la DSP, est d’assurer une desserte à l’année au profit des îliens, soit une vingtaine d'habitants à Port Cros et une centaine au Levant. Ce service est leur connexion avec le continent et permet d’apporter sur les îles tout le fret nécessaire ». Il s’agit en particulier de palettes d’eau, de nourriture et bien d’autres produits de consommation courante. Dans le cadre de la DSP, la compagnie assure en hiver une rotation hebdomadaire, parfois décalée si la météo est trop mauvaise et que les vents d’Est, qui font s’engouffrer la houle dans les ports, empêche les bateaux d’y accéder. A partir de mars, TLV-TVM assure 5 rotations par semaine puis monte progressivement en puissance en avril (7 liaisons hebdomadaires), mai et juin (2 par jour) et jusqu’à 5 liaisons quotidiennes en plein cœur de l’été, lorsque les îles attirent le plus de touristes.

 

Ports de Toulon et La Seyne-sur-Mer