Défense
Toujours aucune solution de remplacement pour les Gardian basés outre-mer

Actualité

Toujours aucune solution de remplacement pour les Gardian basés outre-mer

Défense

Il semble de plus en plus évident que la Marine nationale n’aura pas les moyens de remplacer ses avions de surveillance maritime Falcon 200 basés en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie. Agés de 30 ans, les cinq « Gardian » de la flottille 25F devaient normalement cesser de voler en 2015, date de la fin de leur programme d’entretien. Trop vieux, ces biréacteurs nécessitent un soutien technique de plus en plus lourd, le coût de leur maintenance ayant littéralement explosé. Les problèmes concernent notamment les moteurs Honeywell, qui ne sont plus aujourd’hui produits par le motoriste américain et que Sabena Technics, chargé de l’entretien des Gardian, éprouve de plus en plus de difficultés à entretenir.  Malheureusement, comme souvent, faute de pouvoir acquérir en temps voulu des matériels récents,  les militaires sont donc techniquement obligés, pour remplir leurs missions, de faire de l’acharnement thérapeutique sur des machines à bout souffle. Sans cela, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie seraient privées de moyens de surveillance maritime, c'est-à-dire de la capacité à veiller sur une vaste zone économique exclusive et de mener des opérations de secours en mer à grande distance. La France ne serait, par ailleurs, plus en mesure de remplir ses obligations dans le cadre ses accords avec l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), au travers desquels elle doit pouvoir mettre en œuvre des moyens aériens de secours en cas où un avion s’abimerait dans ses eaux.

 

 

Un Falcon 200 Gardian © : MARINE NATIONALE)

Un Falcon 200 Gardian © : MARINE NATIONALE)

 

 

Le programme AVSIMAR renvoyé aux calendes grecques

 

 

Initialement, il était prévu de remplacer les Gardian dans le cadre du programme AVSIMAR (Avion se Surveillance et d’Intervention Maritime), qui devait en même temps assurer la succession des Nord 262 de la 28F, dont les 10 derniers exemplaires ont été retirés du service en 2009. Mais aussi, en fin de programme, des 4 Falcon 50 M de la 24F, entrés en service à partir de 1999. En tout, jusqu’à 18 AVSIMAR étaient prévus à l'origine pour une livraison à compter de 2015. Mais, faute de crédits, le programme n’a pas été inscrit à la précédente Loi de Programmation Militaire (2009 – 2013)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine