Défense
Toujours aucune solution de remplacement pour les Gardian basés outre-mer

Actualité

Toujours aucune solution de remplacement pour les Gardian basés outre-mer

Défense

Il semble de plus en plus évident que la Marine nationale n’aura pas les moyens de remplacer ses avions de surveillance maritime Falcon 200 basés en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie. Agés de 30 ans, les cinq « Gardian » de la flottille 25F devaient normalement cesser de voler en 2015, date de la fin de leur programme d’entretien. Trop vieux, ces biréacteurs nécessitent un soutien technique de plus en plus lourd, le coût de leur maintenance ayant littéralement explosé. Les problèmes concernent notamment les moteurs Honeywell, qui ne sont plus aujourd’hui produits par le motoriste américain et que Sabena Technics, chargé de l’entretien des Gardian, éprouve de plus en plus de difficultés à entretenir.  Malheureusement, comme souvent, faute de pouvoir acquérir en temps voulu des matériels récents,  les militaires sont donc techniquement obligés, pour remplir leurs missions, de faire de l’acharnement thérapeutique sur des machines à bout souffle. Sans cela, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie seraient privée

Marine nationale Aéronautique navale