Croisières et Voyages
Toujours pas de feu vert pour une reprise des croisières en France

Actualité

Toujours pas de feu vert pour une reprise des croisières en France

Croisières et Voyages

A ce jour, les croisières demeurent interdites en France et le gouvernement n’a toujours pas donné son feu vert pour une reprise cet été. Les armateurs espèrent cependant des avancées d’ici le 22 juin, date fixée pour la prochaine étape du déconfinement. « Les discussions se poursuivent avec les autorités, notamment pour s’accorder sur les protocoles sanitaires à mettre en place sur les bateaux, dans les ports et les réceptifs (organisation des voyages, ndlr), afin que l’activité puisse reprendre. Evidemment ce ne sera pas dans les conditions qui prévalaient avant la crise sanitaire. Beaucoup de procédures doivent être mises en place et la capacité comme la gestion des flux à bord des navires seront en particulier repensées. C’est d’ailleurs le cas pour toutes les activités de loisir au sens large. L’hôtellerie, la restauration, les Spa, les discothèques… toutes ces activités ont déjà fait l’objet de mesures et décisions séparément à terre. Or, on les retrouve toutes sur les paquebots et il faut adapter l’ensemble à bord », explique à Mer et Marine un acteur impliqué dans ces discussions.

Alors que les protocoles présentés par les armateurs doivent être validés au cas par cas par les Affaires maritimes, la reprise pourrait s’amorcer en juillet avec les petits navires des compagnies nationales et pour des itinéraires uniquement hexagonaux. C’est ce que demandent les deux grands acteurs tricolores du secteur, la compagnie marseillaise Ponant et l’armateur alsacien CroisiEurope. Pour les gros opérateurs internationaux, en revanche, l’échéance sera probablement plus longue. Les deux leaders du secteur sur le marché français, Costa et MSC, risquent ainsi de ne pas pouvoir reprendre leur activité au départ français avant le mois d’août, au mieux. Avec entretemps un épineux problème à régler en interne : reconstituer des équipages sachant que la plupart des personnels internationaux sont rentrés chez eux et que les voyages entre pays, notamment entre l'Asie et l'Europe, demeurent très compliqués. 

 

Paquebots de MSC et Costa immobilisés à Marseille (© : 

Paquebots de MSC et Costa immobilisés à Marseille (© : EMMANUEL BONICI)

 

Alors qu’Emmanuel Macron a redit dans son intervention télévisée de dimanche dernier que les rassemblements resteraient pour le moment « très encadrés », les discussions demeurent complexes entre les armateurs et les autorités, nationales et locales, qui se veulent toujours extrêmement prudentes quant à la reprise des gros paquebots. Ceux-ci doivent également gérer la problématique du cabotage et, pour cela, proposer au moins deux pays différents dans les escales pour chaque croisière. Alors que Costa arme ses navires sous pavillon italien et que les navires de MSC sont enregistrés au Panama ou à Malte, la reprise des croisières de ces deux compagnies au départ de Marseille ne peut donc passer que par des accords bilatéraux ou trilatéraux entre la France, l’Italie et l’Espagne.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur