Disp POPIN non abonne!
Vie Portuaire
Toulon : Le Daniel Bernoulli rejoint les rotations pour l’enrochement de Monaco

Actualité

Toulon : Le Daniel Bernoulli rejoint les rotations pour l’enrochement de Monaco

Vie Portuaire

Le Daniel Bernoulli, l’un des navires les plus récents de l’armement belge Jan de Nul, est arrivé à Toulon le 2 janvier. Dans le cadre du chantier de l’Anse du Portier, à Monaco, il va participer aux rotations permettant d’acheminer des enrochements sur le site du futur quartier monégasque.

 

 

L’an dernier, plus de 1.5 million de tonnes de matériaux provenant de la carrière Jean Lefebvre Méditerranée de Châteauneuf-les-Martigues ont été transportées vers la principauté. Pour cette nouvelle phase d’enrochement, c’est cette fois la carrière varoise Someca, située au Revest, qui va fournir environ 900.000 tonnes de matériaux. Ceux-ci sont chargés au port de Brégaillon, à La Seyne-sur-Mer. Les rotations ont débuté il y a deux mois environ avec un premier navire, le Tertnes, auquel va maintenant s’ajouter le Daniel Bernoulli. Au cours de l’année, ces bateaux pourront réaliser jusqu’à deux à trois transports chacun par semaine, le rythme des rotations allant évidemment être calé sur celui du chantier de l’Anse du Portier, les navires s’adaptant aux besoins. Pour ces opérations, Jan de Nul s’appuie à Toulon sur l’Agence Maritime Varoise.

 

Le Tertnes (© JEAN-CLAUDE BELLONNE

Le Tertnes (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Navire polyvalent capable notamment de poser des câbles et des enrochements, le Daniel Bernoulli porte le nom d’un scientifique suisse né en 1700 dans la ville néerlandaise de Groningen et mort à Bâle en 1782.

Construit en Chine par le AVIC de Weihai, il a été mis en service en 2017.  Long de 95 mètres pour une largeur de 22 mètres et un tirant d’eau de 6.5 mètres, le Daniel Bernoulli affiche un port en lourd de 6200 tonnes. Battant pavillon luxembourgeois, il peut accueillir jusqu’à 60 personnes. Offrant une puissance de 7670 kW et pouvant dépasser la vitesse de 11 noeuds, il est équipé de deux propulseurs principaux et deux propulseurs d’étrave de 1250 kW chacun, ainsi qu'un système de positionnement dynamique (DP2).

Le navire, capable d’embarquer jusqu’à 4750 tonnes de roches, est doté d’une grue à compensation d’une capacité de 40 tonnes et d’un excavateur pouvant traiter 1000 tonnes par heure. Il peut positionner des enrochements jusqu’à 600 mètres de profondeur. Le navire met aussi en œuvre un robot sous-marin télé-opéré.

 

(© JEAN-CLAUDE BELLONNE

(© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Ports de Toulon et La Seyne-sur-Mer