Défense
Toulon : Le L-Cat débarque ses premiers véhicules

Actualité

Toulon : Le L-Cat débarque ses premiers véhicules

Défense

Le Landing Catamaran conçu par CNIM et construit chez Gamelin a débarqué hier, pour la première fois, du matériel roulant. La manoeuvre s'est déroulée sur une plage de Saint-Mandrier et a été suivie par notre correspondant, Jean-Louis Venne (reportage photo en fin d'article). Un gros camion militaire (TR 1000) lesté de plots de béton (26 tonnes au total) et quatre vehicules 4x4, soit 34 tonnes de fret en tout, avaient pris place sur le L-Cat, qui les a débarqués puis rechargés. Les opérations de plageage ont été menées avec uniquement deux des quatre moteurs de propulsion. Concernant l'embarquement, à première vue curieux, de gros 4x4 à bord du L-Cat, il s'agissait notamment de vérifier les capacités de débarquement de véhicules utilitaires ou de tourisme, fréquemment utilisés par les ONG. En dehors de la plage, des tests ont également eu lieu sur des quais de plus d'un mètre de hauteur.

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

Ces premiers essais avec des véhicules se sont parfaitement déroulés et renforcent la crédibilité du concept étudié par CNIM pour remplacer l'ancienne génération de chalands de débarquement. La prochaine étape, pour le L-Cat, sera un embarquement sur le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Mistral, prévu tout prochainement. Conçus pour les opérations amphibies, les BPC (2 en service et deux autres prévus) pourraient embarquer, chacun, deux L-Cat.

Un BPC à Toulon (© :JEAN-LOUIS VENNE)
Un BPC à Toulon (© :JEAN-LOUIS VENNE)

Long de 30 mètres pour une largeur de 12.8 mètres, le L-Cat se compose de deux coques en aluminium et d'une plateforme de chargement centrale (23 mètres de long sur 6.9 mètres de large). Quatre vérins hydrauliques permettent à cette plateforme de monter ou descendre, à la manière d'un ascenseur. Embarquable dans des BPC ou sur Transport de Chalands de Débarquement (TCD), le L-Cat est conçu pour être opéré en catamaran durant les périodes de transit entre le navire porteur et la côte. La plateforme est alors en position haute et la configuration en catamaran permet non seulement une bonne tenue à la mer, mais aussi une vitesse très élevée, atteignant près de 30 noeuds (20 noeuds à pleine charge). A l'approche de la plage, la plateforme va s'abaisser, afin d'obtenir un bateau à fond plat permettant le débarquement des hommes, des véhicules et du matériel (voir photos ci-après). Le L-CAT peut embarquer une charge de 130 tonnes, soit deux chars de bataille du type Leclerc, 4 chars légers ou 6 véhicules de l'avant blindé (VAB). A pleine charge, son tirant d'eau atteint 2.5 mètres en transit, et 60 centimètres en mode débarquement.

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

 (© : JEAN-LOUIS VENNE)
(© : JEAN-LOUIS VENNE)

L'équipe de CNIM (© : JEAN-LOUIS VENNE)
L'équipe de CNIM (© : JEAN-LOUIS VENNE)

CNIM