Vie Portuaire
Toulon : les navires inactifs de Corsica Ferries envoyés à La Seyne

Actualité

Toulon : les navires inactifs de Corsica Ferries envoyés à La Seyne

Vie Portuaire

Alors que Corsica Ferries a sensiblement réduit ses liaisons vers la Corse en raison de l’épidémie de Covid-19, ses navires non-employés ont, depuis le 10 avril, quitté les quais de Toulon pour stationner de l’autre côté de la rade, soit au môle de La Seyne, libre du fait de l’absence de paquebots, soit vers le port de commerce de Brégaillon. Ce transfert résulte de la grogne des riverains du terminal de Toulon, situé dans la ville, qui dénonçaient l’importante pollution générée par les ferries immobilisés à quai mais continuant de faire tourner leurs moteurs jour et nuit. L’affaire a pris une tournure politique et Corsica Ferries a donc été priée de déménager ses navires inactifs vers La Seyne-sur-Mer pour ne garder à Toulon que les bateaux continuant d’effectuer des rotations avec l’île de Beauté. Ont ainsi été déplacés il y a un peu plus de deux semaines le Mega Express Three à l’ancien môle d’armement seynois et le Mega Express Two vers Brégaillon. Le premier n’a toujours pas bougé alors que le second a effectué ce week-end une traversée entre Toulon et Ajaccio. Quant au Mega Express, resté en service durant cette période, il a lui aussi assuré entre vendredi et samedi une liaison entre Toulon et la Corse (Bastia).

 

Le Mega Express Two amarré dans la zone de Brégaillon le 12 avril (© : 

Le Mega Express Two amarré dans la zone de Brégaillon le 12 avril (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

On notera que la problématique de la pollution générée dans le centre-ville de Toulon par les ferries et petits paquebots qui y font escale devrait être réduite grâce au programme de branchement au réseau électrique terrestre lancé cette année par la CCI du Var et la métropole de Toulon. Les trois postes à quai du terminal de la ville doivent être équipés, les travaux ayant débuté en vue d’une mise en service d’un premier poste à la fin de cette année. Les navires qui effectueront des escales longues (plus de 2 heures) devront se brancher sur le réseau terrestre et éteindre leurs générateurs. Ce qui n’empêche pas des associations de riverains de réclamer encore le déménagement vers Brégaillon du terminal dédié aux ferries, au motif que ceux-ci continueront à générer des émissions polluantes lors des phases de manœuvres et escales courtes, même en employant un carburant désulfuré.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Ports de Toulon & Seyne-sur-Mer