Vie Portuaire
Toulon : Les rouliers arrêtent leurs rotations avec la Turquie

Actualité

Toulon : Les rouliers arrêtent leurs rotations avec la Turquie

Vie Portuaire

Ouverte en avril dernier, la liaison maritime entre la rade de Toulon et la Turquie vient d'être suspendue. Pour l'heure, l'existence de cette ligne, dédiée au transport de camions, se heurte à un problème de chauffeurs pour l'acheminement des camions arrivant en France. Les routiers turcs récupéraient en effet, à Toulon, les véhicules chargés transportés par les bateaux. La Turquie n'étant pas membre de l'UE, ce type de « cabotage routier » a été dénoncé par l'Organisation des Transports Routiers Européens (OTRE). « Les transporteurs routiers turcs ne respectent pas la loi. La Turquie ne faisant pas partie de la communauté européenne, les transporteurs n'ont pas le droit de faire du cabotage routier en France. Tant que les attelages complets (remorque plus tracteur) effectuaient le voyage entre la France et la Turquie à bord des navires, il n'y avait pas de problème. Mais depuis trois mois, les tracteurs turcs et leurs chauffeurs attendaient sur le port de Brégaillon l'arrivée des navires pour débarquer les remorques et les amener en France ou en Europe jusqu'à leur destination finale. Nous avons dénoncé cette situation », explique Jean-Pierre Ducournau, président des transporteurs du Var et vice-président de l'OTRE dans les colonnes de nos confrères de Var Matin.

Le roulier Wessex à Toulon le 10 novembre (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le roulier Wessex à Toulon le 10 novembre (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Un report vers Marseille ?

Pour le port de Toulon, le coup est dur, d'autant que la ligne avait bien démarré. Après avoir affecté un premier navire à la ligne, la compagnie turque UND Deniz était, comme prévu, montée en puissance cet été. Après les Wessex et Beachy Head (194 mètres, 3700 mètres linéaires de garages soit 200 remorques), un troisième roulier, le Mercia, avait été affecté au service entre Tekirdağ, à l'ouest d'Istanbul, et le port de Brégaillon, à La Seyne-sur-Mer. Avec trois escales hebdomadaires, UND Deniz visait un trafic annuel de 20.000 remorques. Des discussions seraient actuellement en cours pour tenter de faire rouvrir la ligne sur Toulon. Mais en attendant, selon l'hebdomadaire Le Marin, le port de Marseille aurait, apparemment, récupéré le trafic. Les acteurs phocéens et l'armateur turc seraient tombés d'accord pour la prise en charge des camions arrivant de Turquie par voie maritime. Quelques 400 ensembles routiers auraient, ainsi, déjà transité par Marseille depuis le 28 novembre.

Ports de Toulon & Seyne-sur-Mer