Marine Marchande
Toulon - Rome : Pourquoi GLD Lines jette l'éponge ?

Actualité

Toulon - Rome : Pourquoi GLD Lines jette l'éponge ?

Marine Marchande

Opérationnelle depuis avril 2005, la liaison maritime entre Toulon et Rome (Civitavecchia) ne devrait pas reprendre avant une période significative. Les rotations se sont arrêtées jeudi dernier lorsque GLD Lines, alliance de l'Italien Grimaldi et du Français Louis Dreyfus Armateurs (au travers de sa filiale LD Lines), a décidé d'interrompre les navettes réalisées par le Sorrento, unique ferry exploité sur la ligne. « La liaison a perdu beaucoup d'argent depuis son lancement et les subventions n'étaient pas à la hauteur de ce qui était nécessaire pour lancer efficacement une autoroute de la mer. Avec les conséquences de la crise économique, ce n'était plus tenable », explique-t-on du côté des exploitants. Après une saison 2005 très mauvaise, une année 2006 meilleure et un exercice 2007 quasiment à l'équilibre, 2008 aurait généré presque autant de pertes que l'année de lancement. Quant à 2009, les perspectives s'annonçaient purement et simplement catastrophiques. Effectuant trois allers-retours par semaine entre la France et l'Italie, le Sorrento transportait trois types de véhicules. Les camions, soit 16.730 pièces l'an dernier, les véhicules de tourisme (7285 unités) et, surtout, les véhicules neufs. Avec 24.894 voitures en 2008, c'est ce dernier segment qui assurait le « fond de cale » de la ligne. GLD Lines avait, en effet, négocié un accord pour avoir l'exclusivité du transport des véhicules Peugeot exportés au sud de l'Italie. Or, le secteur automobile étant l'un des plus touchés par la crise, ce marché, essentiel pour la survie de la ligne, s'est effondré. En attendant des jours meilleurs, les armateurs ont donc décidé de suspendre le service maritime entre Toulon et Civitavecchia.

Louis Dreyfus Armateurs