Nautisme
Tour du monde : Dernière ligne droite périlleuse pour le trimaran IDEC

Actualité

Tour du monde : Dernière ligne droite périlleuse pour le trimaran IDEC

Nautisme

Francis Joyon a découvert vendredi dernier que le point d'ancrage du hauban tribord de son trimaran souffrait d'une grave faiblesse, laissant planer la menace d'un démâtage. Le skipper d'IDEC a mis en place une consolidation de fortune sur la partie fragilisée et tente de ne pas trop forcer sur son voilier. Après 53 jours de mer, Joyon a débuté la dernière ligne droite qui doit le ramener à Brest dans moins d'une semaine. Si tout va bien, IDEC devrait être en vue du port breton à partir de lundi prochain. Mais, d'ici là, il faudra freiner les ardeurs du trimaran blessé et veiller à limiter les sollicitations sur la structure. Depuis dimanche, le voilier, déjà éprouvé par près de 24.000 milles de course, tape dans la forte houle alizéenne. Avec cette épée Damoclès suspendue plusieurs dizaines de mètres au-dessus du pont, Joyon est aux petits soins avec sa monture et s'attache plus que jamais à rester en phase avec l'évolution des systèmes météos qui préfigurent sa route du retour. D'ici 24 heures, il lui faudra négocier un crucial virement de bord sous l'anticyclone des Açores, gérer au mieux une zone de transition et attraper les flux d'Ouest qui le ramèneront à la maison.
Dimanche, Francis Joyon disposait de 2600 milles d'avance sur Ellen MacArthur, qui avait décroché en 2004 le record du tour du monde à la voile, en solitaire et en multicoque.