Disp POPIN non abonne!
Nautisme

Actualité

Tour du monde: Le grand match a commencé pour Guy Bernardin

Nautisme

C’est une aventure humaine exceptionnelle et ce n’est pas étonnant qu’on la doive à l’un des pionniers du BOC Challenge. A 57 ans, Guy Bernardin s'est élancé hier des Sables d’Olonne (Vendée) à bord du Spray of Saint-Briac. Ce vieux gréement, un yawl de 11,20 mètres hors tout, est la fidèle réplique de Spray, le bateau du Canadien Joshua Slocum, auteur du premier tour du monde en solitaire (1895 à 1898). A l’époque, il avait parcouru sur ce navire 74.000 Km, en trois ans et 13 escales. Deux siècles plus tard, le navigateur français veut retenter l’aventure mais cette fois sans assistance et sans escale. Dans la plus pure tradition. Spray of Saint-Briac a lui-même été construit comme son aïeul, par un seul homme, avec les mêmes matériaux (coque en pin de Virginie) et en adoptant les mêmes techniques de construction et le même accastillage qu'au début du 19ème siècle.

Un an de préparation pour 10 mois de mer

L’exploit que Guy Bernardin espère réaliser à bord de ce vieux gréement aura nécessité un an de préparation. Aujourd’hui, Spray et son skipper son parés pour une traversée de 300 jours à travers les trois Caps, en tête à tête avec les éléments. Pour passer le temps quand la mer sera clémente, l’aventurier a emmené des livres bien entendu, mais aussi de quoi peindre et même un vélo d’appartement! Guy aime aussi écrire. Il a d’ailleurs déjà publié deux ouvrages : "Pot Pourri au Cap Horn" (Ed. Buchet Chastel) et "Sur les traces de Joshua Slocum" aux éditions Loisirs Nautiques. De quoi s’occuper donc, en cas de pétole ou simplement par beau temps mais qu’on ne s’y trompe pas, l’expédition s’annonce également musclée. Sur les traces des voiliers de jadis, dans deux mois, les voiles de Spray se mesureront aux mers du sud et au redoutable Cap Horn.

Pour suivre ce superbe tour du monde, nous vous conseillons le site de GB Sailing Team, sur lequel vous trouverez la genèse du projet et d’excellentes photos de Michel Vildard.