Nautisme

Actualité

Transat Jacques Vabre : Coville-Nélias, premiers de la classe !

Thomas Coville et Jean-Lucé Nélias remportent la Transat Jacques Vabre. Le duo de "Sodebo" a devancé la machine de guerre "Gitana 17" en arrivant ce lundi à Savlador de Bahia 7 jours, 22 h 7' 27'' après le départ du Havre.

Nautisme

Ils l'ont fait ! Pas vraiment favoris face à la nouvelle machine de guerre "Gitana 17" de Sébastien Josse et Thomas Rouxel, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias ont remporté ce lundi à 11 h 42 (HF) à Salvador de Bahia la 13e édition de la Transat Jacques Vabre après 7 jours et 22 h 7' 27'' de course, à 22,92 noeuds de moyenne.

A bord de leur maxi-trimaran "Sodebo", pourtant plus lourd que le trimaran volant "Gitana 17", les deux marins ont pris la tête le 9 novembre, au quatrième jour de course, pour ne plus la lâcher jusqu'au Brésil. Après son record autour du monde en solitaire en 49 jours 3 heures fin 2016, puis celui de l'Atlantique toujours en solitaire (4 jours 11 h) en juillet 2017, Thomas Coville gagne encore mais en double cette fois avec son navigateur préféré, Jean-Luc Nélias. Sébastien Josse et Thomas Rouxel (Gitana 17) ont pris la deuxième place à 1 h 47' 54'' des premiers.

Cette victoire est celle de l'expérience pour un duo qui travaille ensemble depuis de nombreuses années et surtout pour un skipper qui connaît parfaitement sa machine.

 

 

 

 

En face, Sébastien Josse et Thomas Rouxel n'ont eu que trois mois seulement pour prendre Gitana 17 en main. "Il faut deux ans pour maîtriser complètement un trimaran comme celui-là" disait Josse avant le départ. 

 

À lire sur le sujet

La cartographie en direct

Coville et Nélias ont signé le meilleur temps sur ce parcours. Le chrono de référence était détenu depuis 2007 par Franck Cammas et Steve Ravussin (Groupama) en 10 jours et 38 minutes. Le duo a mis 7 jours 22 h 7' 27'' pour parcourir les 4350 milles théoriques du parcours mais il a parcouru 4.742 à 24,94 noeuds de moyenne.

Quant à Josse et Rouxel, ils ont mis 7 jours 23 h 55' 24'' pour parcourir les 4 350 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 22,7 nœuds, mais ils ont réellement parcouru 4.838 milles à 25,21 nœuds.  

 

PAROLES

Thomas Coville : « En partant du Havre, on avait dit que ce serait un mano a mano. Dès la première nuit, on a vu que ça allait être super super chaud. On les a vu passer à notre vent, je peux vous dire que le Maxi Edmond de Rothschild qui vous déboite au vent à 40 noeuds, c’est super beau. Devant Guernesey, ils nous ont impressionné parce que leur façon de naviguer voulait dire « on est là. » On s’est fait un peu distancer sur cette phase. Après la descente au portant après le front, très joli front d’ailleurs, on a senti à un moment donné un truc bizarre. Ils ont roulé le gennaker dans la nuit et se sont décalés. Du coup, nous aussi,on s’est décalé dans l’ouest et on est passé devant. On s’est dit qu’ils ont peut-être voulu assurer. On ne savait pas. Jusqu’à ce matin, on a tout donné. Cette nuit, à 100 milles du but, on a senti qu’ils jetaient l’éponge. C’est un moment très jouissif. C’est une belle victoire parce qu’elle montre qu’on sait faire autre chose que des records, on sait gagner des courses. C’est une belle histoire, on n’a pas laissé grand-chose de côté. L’état du bateau aujourd’hui après la traversée qu’on a fait, c’est le résultat d’un boulot monstrueux. Tous les teams ont magnifiquement évolué. Ce qu’ils ont fait en deux mois sur le Maxi Edmond de Rothschild pour amener le bateau à Bahia, cela signifie clairement que c’est un bateau dont on n’a pas fini de parler » 

Jean-Luc Nélias : "C’est génial ! Gagner une Transat Jacques Vabre ! C’est un peu franco-français, d’accord mais ça se gagne, il faut se battre. Il y a huit jours, on était tous ensemble au Havre, et là on se retrouve dans un autre continent, un autre hémisphère. On prend la mesure de ça parce que lorsqu’ on a commencé à naviguer, c’était forcément sur des bateaux très lents. Là, tu prends conscience de ces distances. Un jour, tu es au Cap Vert, le lendemain, tu es au Pot au noir. Avant hier, on était au Pot au Noir et, cette nuit, on croisait des pêcheurs brésiliens. Ils ne pouvaient pas imaginer que 48 heures avant, nous étions au Cap Vert où on parle la même langue ! Quand nous sommes partis du Havre, c’était la pleine lune, chaque jour elle se décalait dans le ciel, elle n’était pas au même endroit. On navigue à une échelle planétaire ».  

 

Palmarès
 
Thomas Coville
49 ans
Marié, deux enfants
Vit à Locmariaquer (Morbihan)
Skipper engagé aux côtés de Sodebo depuis 1999
 
A bord de Sodebo
Recordman de l’Atlantique Nord en solitaire en 4 jours 11 h 10' (15 juillet 2017)
Recordman du tour du monde en solitaire en 49 jours 3 h 7' 38'' (25 décembre 2016)
2e de The Transat 2016
2e de la Transat Jacques Vabre 2015
 
Et aussi :
Vainqueur de la Volvo Ocean Race 2011-2012
Détenteur du Trophée Jules Verne 1997 et 2010
8 tours du monde dont 4 en solitaire, 6 en multicoque et 2 en monocoque
10 passages du Cap Horn et plus de 17 transatlantiques
17 records en solitaire et 4 en équipage.
Vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 1999 en monocoque avec Hervé Jan
4 Route du Rhum dont 1 victoire en monocoque en 1998 et 2 podiums en trimaran (2006 et 2010)
 
Jean-Luc Nélias
 
55 ans
Marié, deux enfants
Vit à Quimper (Finistère)
 
2017 : Routeur de Sodebo pour le record de la traversée de l’Atlantique nord en 4 jours 11 h
 
2016 : Routeur de Sodebo pour le record du tour du monde à la voile en solitaire de 49 jours 3h
 
2015 : 2e de la Transat Jacques Vabre avec Thomas Coville sur Sodebo
 
2012 : Vainqueur de la Volvo Ocean Race avec Franck Cammas sur Groupama
 
2003 : 2e de la Transat Jacques Vabre sur Belgacom
 
1997 2e de la Transat Jacques Vabre sur Chauss’Europ' avec Paul Vatine
 
1988 : Vainqueur Québec-Saint Malo sur Elf Aquitaine III avec Jean Maurel
 



Un article de la rédaction du Télégramme