Nautisme
Transat Jacques Vabre : Plein sud vers l'Afrique

Actualité

Transat Jacques Vabre : Plein sud vers l'Afrique

Nautisme

Après le retrait hier d'Artémis(Malbon/Tourell) en raison d'un démâtage, les 59 équipages encore en course s'étalent dans une belle harmonie tout du long de la péninsule ibérique. Gitana 11 (Lemonchois/Guichard) mène cette descente plein sud et s'apprête à passer au large du détroit de Gilbraltar dans la mâtinée, mais envisage un possible arrêt pour remplacer un foil, cassé lors de la première nuit. Safran (Guillemot/Guichard) croise devant Lisbonne et Télécom Italia (Giovanni Soldini), toujours solide leader de la Classe 40, a avalé cette nuit le cap Finisterre. Le vent de nord-est, d'une quinzaine de noeuds, offre de superbes conditions de course aux duos, vraiment bien traités depuis le départ. Les affaires se corseront dès la nuit prochaine pour les premiers, avec une importante zone de transition, soit des vents faibles et instables, à négocier le long de la côte africaine.

Sous gennaker et grand-voile haute, Lionel Lemonchois et Yann Guichard (Gitana 11) glissent à 23 noeuds vers les côtes marocaines. La nuit est étoilée, la mer calme et cela devrait être le grand bonheur pour le leader de la classe ORMA. « On vous l'avait caché, mais on a perdu notre foil tribord depuis la première nuit. Hier, c'était chaud et on va être obligé de s'arrêter pour le changer puisque si l'on veut gagner la course, il n'y a pas d'autre moyen » explique Yann. Cette pièce courbe en carbone qui soulage le flotteur sous le vent est devenu une pièce indispensable pour aller vite, ce qui est ici le but du jeu. Techniquement, cette intervention est aussi simple et rapide à gérer qu'un changement de pneu. « Madère serait l'idéale, mais on risque de se faire piéger par la météo. On va voir ».

Chez les monocoques 60 pieds, le temps est à la récupération après les émotions des dernières 24 heures. « On a fait un bel arrêt buffet, avec un planté jusqu'au niveau du roof, raconte Loïck Peyron (Gitana Eighty) qui affirme déjà haut et fort : « On va mettre en temps fou ». Quand celui qui le devance, soit Michel Desjoyeaux (Foncia) ne dit pas autre chose, parlant même de « battre des records de lenteur », force est de reconnaître que cette régate est loin d'être finie, Loïck parlant même d'un re-départ possible d'ici deux jours, soit lorsque les voiliers se glisseront entre l'Afrique et l'Archipel des Canaries. La faute à la grosse dépression située actuellement au sud-ouest des Açores qui vient perturber la belle mécanique de la région où normalement prend naissance l'alizé bienfaiteur.
_________________________________________________

- La course en direct sur le site de la Transat Jacques Vabre

Transat Jacques Vabre