Marine Marchande
Trois semaines de conflit à la SNCM

Actualité

Trois semaines de conflit à la SNCM

Marine Marchande

Depuis le 31 janvier, le trafic maritime entre la Corse et le continent est perturbé par un mouvement de grève à la SNCM. La CGT et le Syndicat Autonome de la Marine Marchande (SAMM) dénoncent toujours la décision de la direction de ne pas ré-affréter, cet été, le navire à grande vitesse Liamone II sur la liaison au départ de Nice. Malgré les propositions de la compagnie, qui affirme maintenir l'activité en renforçant les services au départ de Marseille, l'intersyndicale poursuit le mouvement. Les demandes d'intervention faites auprès de l'Etat et des collectivités n'ont rien donné, ces derniers estimant qu'il s'agit d'une affaire interne à la compagnie. A la SNCM, on rappelle que la décision de ne pas recourir au Liamone II découle du choix de l'autorité portuaire de Nice de réduire l'activité afin de limiter les nuisances pour les riverains du port, situé en centre-ville. Malgré tout, le bras de fer se poursuit avec les syndicats, qui dénoncent le « non respect par la direction des accords en vigueur au sein de la SNCM ».
En attendant, une partie de la clientèle de la compagnie est redirigée vers les navires de La Méridionale, qui continuent de desservir l'île de Beauté depuis Marseille. Quant aux conséquences financières du conflit, le coût se chiffrerait à 200.000 euros par jour, soit environ 4 millions d'euros de manque à gagner pour la SNCM depuis le début de la grève.

Corsica Linea (ex-SNCM)