Défense
Troisième BPC : L'Etat offre un sursis aux chantiers de Saint-Nazaire

Actualité

Troisième BPC : L'Etat offre un sursis aux chantiers de Saint-Nazaire

Défense

C'est l'un des projets phares du plan de relance de l'Economie, annoncé en décembre dernier par le gouvernement. Hier, à Saint-Nazaire, Hervé Morin et Patrick Devedjian ont officiellement lancé le programme du troisième Bâtiment de Projection et de Commandement, destiné à la Marine nationale. Avec eux, les deux ministres avaient emmené le contrat, que les dirigeants de STX France et DCNS ont pu signer. D'un coût de 420 millions d'euros (360 hors taxes), le BPC 3, dont on ne connaît toujours pas le nom, sera quasiment identique à ses deux prédécesseurs, les Mistral et Tonnerre, livrés en 2006 et 2007. Il intègrera, afin de répondre à l'évolution des normes, des modifications au niveau du traitement des eaux usées et des eaux hydrocarburées, ainsi qu'un second propulseur d'étrave pour améliorer la manoeuvrabilité.

2.7 millions d'heures de travail pour STX et ses sous-traitants

Le BPC 3 va permettre de relancer l'activité de production des chantiers de Saint-Nazaire. Faute de nouvelle commande dans le secteur civil, les ateliers d'usinage s'étaient, en effet, arrêtés le mois dernier. « Ce contrat arrive à un moment clé. Dès le mois de mai, nous allons pouvoir relancer la machine et découper la première tôle. Le BPC représente 10.000 tonnes d'acier, 1.5 million

Chantiers de l'Atlantique Naval Group