Science et Environnement
Tsunamis : Un projet de réseau d'alerte global en PACA

Actualité

Tsunamis : Un projet de réseau d'alerte global en PACA

Science et Environnement

Au sein du Pôle Mer PACA, le projet RATCOM, dernièrement retenu au fonds unique interministériel (FUI), ambitionne d'intégrer les compétences d'experts régionaux autour d'un réseau global d'alerte. Un des effets du dramatique tsunami de 2004 fut la prise de conscience internationale sur la nécessité de disposer de systèmes d'alerte adaptés. Le projet RATCOM développe un système dédié aux risques tsunamis et côtiers, gérant l'alerte de la détection du danger à l'annonce à la population. Outre les zones méditerranéennes ciblées par le projet, d'autres régions françaises (Outre-Mer) pourraient être concernées. RATCOM s'articule autour de deux composantes, l'une montante pour la surveillance et la détection et l'autre descendante pour l'alerte et la diffusion. Pour Thalès Alenia Space, porteur du projet : « L'enjeu et l'innovation majeurs de RATCOM résident dans l'intégration d'expertises avérées pour produire un système global opérationnel, efficace et fiable». C'est le temps de réponse global du système qui dimensionnera sa performance : RATCOM vise quelques minutes, à comparer à la demi-heure actuelle.
Le projet RATCOM fédère les compétences de 4 grands Groupes (Thalès Alenia Space, DCNS, SFR et EUTELSAT), 6 PME (ACRI-ST, ACRI-IN, I-PROCESS, CEDRALIS, JPGéo et C2 Consultants), 3 organismes de Recherche (BRGM, EURECOM et ISEN-Toulon) et 5 organismes publics (CEA-DAM , IFREMER, CNRS Géosciences Azur et METEO France). Dans la région Provence Alpes Côte d'Azur, 50 emplois pourraient être créés en phase de développement et 150 à termes.
Une particularité du projet est d'y associer les utilisateurs finaux, professionnels du risque et collectivités territoriales. Le projet RATCOM représente un montant total de 7,5 millions d'euros sur 2,5 ans.
A l'échelle du globe, 60 pays présentent des zones côtières à risques et on estime que la moitié des 17 réseaux d'alerte existants sont à « moderniser », tant pour la population que pour les professionnels.

Pôles de compétitivité