Energies Marines
Ulstein entre sur le marché des navires d’installation d’éoliennes offshore
ABONNÉS

Actualité

Ulstein entre sur le marché des navires d’installation d’éoliennes offshore

Energies Marines

De l’offshore pétrolier aux énergies renouvelables : le groupe norvégien Ulstein est en train d’effectuer une diversification qu’il a mis plusieurs années à préparer. Après les premiers design de bateaux d’installation d’éoliennes, datant de 2006, Ulstein a commencé par décrocher des commandes de navires de servitude : le Siem Moxie (devenu Seaway Moxie) en 2014, puis les Windea La Cour et Windea Leibniz pour Bernhard Schulte en 2017 et 2018 (un troisième sistership devrait être livré en 2020) ainsi que les Acta Auriga, livré en mars 2018 et Acta Centaurus qui rejoindra la flotte d’Acta Marine cette année. En plus de ces navires de support, Ulstein a également décroché un très gros contrat pour une flotte de support à l’éolien offshore sous Jones Act pour le groupe américain Aeolus.

 

La future flotte de l'américain Aeolus (© ULSTEIN)

La future flotte de l'américain Aeolus (© ULSTEIN)

 

Mais le groupe norvégien ne veut pas se cantonner aux secteurs des navires de servitude. Il a ainsi décroché la commande, assortie de trois options, pour un navire de transport et d’installation de fondations d’éoliennes auprès de la société norvégienne OHT. C’est la filiale néerlandaise du groupe, Ulstein Design & Solutions, qui a piloté ce projet et dessiné ce prototype dont la première tôle vient d’être découpée dans les chantiers chinois CMHI. D’une longueur de 216.3 mètres pour une largeur de 56, le futur navire d’OHT va avoir la particularité de disposer d’un pont semi-submersible. Il va donc pouvoir mettre à l’eau les fondations d’éoliennes (jackets ou monopiles) qui vont ensuite être manutentionnées par une grue Liebherr de 3000 tonnes. Avec une résistance de 30 tonnes/m2, le pont pourra accueillir 10 jackets de 1500 tonnes ou 11 monopiles de 2000 tonnes, ainsi que les pièces de transition. Propulsé par trois propulseurs de 5500 kW, trois tunnels de 3000 kW, le navire pourra marcher à 13 nœuds. Il devrait être livré en 2021.

 

Le futur navire d'OHT (© ULSTEIN)

Le futur navire d'OHT (© ULSTEIN)

(© ULSTEIN)

(© ULSTEIN)

 

Parallèlement, le groupe a également annoncé le lancement de sa série de design X-Jack, des jack-ups autopropulsés de trois tailles différentes : le J101 de 80x50 mètres, le J102 de 145x88.4 mètres et le J103 de 164x104 mètres. Ils sont tous inspirés par le concept SOUL, dévoilé par Ulstein en février 2017.

 

La série X-Jack (© ULSTEIN)

La série X-Jack (© ULSTEIN)

 

Ulstein Design & Solutions est allé chercher le savoir-faire en jack-up de son compatriote SeaOwls pour trouver une solution technique à la pose des futures éoliennes de 10 à 12 MW, qui seront beaucoup plus lourdes que les machines actuelles. Et qui imposeront donc des charges de pontée encore plus contraignantes. Pour cela, ils ont imaginé un concept original de navire jack-up dont la coque a effectué une rotation de 45°. Cette nouvelle configuration prévoit deux jambes sur les côtés et sur la ligne centrale de coque une jambe à l'avant, l'autre à l'arrière à proximité de la grue pour que cette dernière puisse couvrir une surface maximale de pont. La coque va pouvoir accueillir des embases beaucoup plus importantes, ce qui devrait soulager la pression des jambes sur le fond marin. Enfin, lors des manutentions, le sillage des embases ne viendra pas interférer avec le flux des propulseurs.

Le modèle J101 est prévu pour l’installation de 2 machines de 8 MW, le J102 pour 8 de 8 MW ou 4 de 15 MW et enfin le J103 pour 12 de 8 MW et 6 de 15.

 

La série X-Jack (© ULSTEIN)

La série X-Jack (© ULSTEIN)

 

La série X-Jack (© ULSTEIN)

La série X-Jack (© ULSTEIN)

Ulstein