Défense
Ultime carénage pour le remorqueur Tenace

Actualité

Ultime carénage pour le remorqueur Tenace

Défense

Le Tenace, l’un des deux vénérables remorqueurs de haute mer de la Marine nationale basés à Brest, bénéficie de son dernier arrêt technique majeur avant son désarmement, prévu à partir de 2018. Le RHM, qui a passé plusieurs semaines dans le bassin Tourville, est sorti de cale sèche en début de semaine, les travaux se poursuivant à quai. A cette occasion, le bâtiment a navigué probablement pour la dernière fois dans la Penfeld et passé sous le pont de Recouvrance, qui enjambe la rivière brestoise.

 

Le Tenace en Penfeld (© : FRANCOIS GUIGANTON)

Le Tenace en Penfeld (© : FRANCOIS GUIGANTON) 

 

Alors que son dernier passage au bassin datait de 2012, le Tenace a bénéficié de différents travaux, avec visite des équipements et de la propulsion, nettoyage et peinture de la coque... De quoi lui permettre de poursuivre ses missions pour encore deux bonnes années. Selon nos confrères du Télégramme, une fois cet arrêt technique achevé et l’équipage entrainé, le RHM partira pour une mission de police des pêches qui le conduira en Irlande.

 

Le Tenace en cale sèche (© : LE TELEGRAMME)

Le Tenace en cale sèche (© : LE TELEGRAMME) 

 

Construit à Hambourg et mis en service en 1973, trois ans avant son aîné, le Malabar, le Tenace mesure 51 mètres de long pour 11.5 mètres de large, son déplacement étant de plus de 1400 tonnes en charge. Doté de deux moteurs diesels Mak et un propulseur azimutal, avec une puissance de 4600 cv, le remorqueur dispose d’une capacité de traction au point fixe de 60 tonnes. Armé par 30 marins, il dispose en outre d’une coque renforcée pour les navigations dans les zones polaires, les deux RHM français ayant d’ailleurs été régulièrement envoyés dans le grand nord ces dernières années.

 

Le Tenace (© : MICHEL FLOCH)

Le Tenace (© : MICHEL FLOCH) 

 

Un troisième bâtiment du même type, l’ex-Centaure, a été vendu en 1999 à la Turquie. Le Tenace et le Malabar, comme les bâtiments de soutien de région et le remorqueur ravitailleur Revi, seront remplacés par les nouveaux bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH). Quatre unités de ce type doivent être construites, la commande des deux premières ayant été notifiée l’an dernier à Piriou et DCNS (voir notre article sur le sujet). 

 

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française