Science et Environnement
Ulyx, le nouveau drone de l’Ifremer pour l’exploration des grands fonds

Focus

Ulyx, le nouveau drone de l’Ifremer pour l’exploration des grands fonds

Science et Environnement

C’est le nouveau bijou scientifique de l’Ifremer, qui va devenir l’un des principaux moyens d’exploration des grands fonds marins de la Flotte Océanographique Française (FOF). Développé dans le cadre du programme CORAL (Constructive Offshore Robotics Alliance), Ulyx est un drone sous-marin hauturier conçu pour plonger en toute autonomie jusqu’à 6000 mètres, scanner les fonds et inspecter visuellement des sites d’intérêt, tout en pouvant recueillir un certain nombre de données et d’échantillons dans la colonne d’eau. Destiné à l’exploration, il bénéficiera à tous les domaines des sciences océaniques : océanographie, géosciences, biologie et écologie des grands fonds, études dans la colonne d'eau... Pour cela, il est doté de nombreux équipements : sondeur multifaisceaux, sonar à ouverture synthétique, CTD, magnétomètre, sondeur de sédiments…

 

(© : IFREMER - AMBRE BODENES

(© : IFREMER - AMBRE BODENES) 

 

« Accéder à l’une des frontières de la connaissance scientifique »

« Ulyx va permettre à la France de rejoindre le club très restreint des pays capables d’explorer des fonds jusqu’à 6000 mètres avec des engins autonomes. Il va apporter des fonctionnalités nouvelles à la Flotte océanographique française et permettre d’accéder à ce qui est aujourd’hui l’une des frontières de la connaissance scientifique, celle des grands fonds marins. Il nous permettra de mieux connaitre la biodiversité, le fonctionnement des écosystèmes et les ressources qui s’y trouvent », souligne François Houllier, président de l’Ifremer. Les fonds océaniques, dont moins de 10% ont été explorés à ce jour, demeurent en effet particulièrement méconnus. Un monde encore mystérieux, qui dans l’obscurité la plus totale abrite pourtant une faune foisonnante se développant notamment autour de cheminées hydrothermales, des ressources naturelles abondantes en particulier sur le plan minéral et, selon les scientifiques, les dernières clés pour comprendre la création et l’évolution de la vie sur terre. Sans oublier les conséquences du réchauffement climatique et des phénomènes qui pourraient l’accélérer, comme les émissions de méthane depuis le fond des océans. Les enjeux sont donc très importants pour les chercheurs, qui avec Ulyx vont pouvoir accéder à l’essentiel des grands fonds de la planète, 90% ne descendant pas sous la barre des 6000 mètres. Mais cet engin sera aussi un outil très précieux de reconnaissance et d’investigation en cas d’évènements géologiques ou sismiques. Un évènement comme la création d’un nouveau volcan sous-marin au large de Mayotte, découvert par l’Ifremer en 2019 suite à une campagne du Marion Dufresne destinée à comprendre pourquoi l’île française de l’océan Indien avait connu depuis mai 2018 une série d’épisodes sismiques. « Pour l’étude du volcan sous-marin de Mayotte, il est clair que si nous avions Ulyx, nous l’aurions déjà utilisé », confie François Houllier, alors que de nouvelles campagnes vont être menées sur place cette année.

 

Premiers essais en mer à bord de l'Europe (© : IFREMER -

Premiers essais en mer à bord de l'Europe (© : IFREMER - TIMOTHEE AUTIN) 

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine