Défense
Un accord sino-brésilien pour la formation des pilotes sur porte-avions

Actualité

Un accord sino-brésilien pour la formation des pilotes sur porte-avions

Défense

Le Brésil et la Chine ont conclu un accord relatif à la formation des futurs pilotes chinois devant embarquer sur porte-avions. Pékin fait donc un pas de plus dans sa volonté d'acquérir les savoir-faire nécessaires au déploiement d'une force aéronavale. En attendant l'achèvement de l'ex-porte-avions russe Varyag, toujours en chantier à Dalian, l'aéronautique navale chinoise va pouvoir se frotter à un porte-avions opérationnel en collaborant avec la marine brésilienne. Cette dernière dispose, de nouveau, du Sao Paulo (ex-Foch français), qui vient de subir une importante refonte destinée à le remettre à niveau. Doté de deux catapultes, le navire met en oeuvre différents appareils, dont des AF-1 Skyhawk. Selon l'institut portugais de relations internationales, dont le site brésilien Poder Naval se fait écho, cet accord permet au Brésil de renforcer significativement ses liens avec la Chine et constitue, au niveau mondial, le signe d'un rééquilibrage non seulement économique, mais également militaire. Grâce à cet accord, Brasilia pourrait, aussi, compter sur le soutien de Pékin pour appuyer sa demande d'entrer au Conseil de sécurité de l'ONU. La Chine sera, en la matière, un allié précieux, venant s'ajouter à la France, avec laquelle un important accord de défense a été signé en 2008.
Concernant les porte-avions, outils de projection de puissance traditionnellement mis en oeuvre par les seules grandes puissances (Etats-Unis, France, Russie et de nouveau la Grande-Bretagne avec les CVF), on constate un intérêt croissant pour ces bâtiments de la part des puissance émergeantes. Alors que la Russie compte mettre en chantier de nouveaux porte-avions, l'Inde va se doter de plusieurs navires au cours de cette décennie et la Chine n'a pas caché son intention de faire de même, évoquant même la réalisation de plateformes à propulsion nucléaire. Le Brésil, lui aussi, souhaite remplacer l'ancien Foch, en service depuis 1963.